December 2, 2012 / 3:43 PM / 5 years ago

Ligue 1: Lyon est bien à sa place

6 MINUTES DE LECTURE

<p>La joie des Lyonnais apr&egrave;s un but contre Montpellier, &agrave; Gerland. En battant le champion en titre le champion en titre trois jours apr&egrave;s avoir gifl&eacute; Marseille, l'OL a prouv&eacute; que sa premi&egrave;re place n'&eacute;tait pas due qu'&agrave; un concours de circonstances favorables et au faible rendement du Paris Saint-Germain, tomb&eacute; du podium. /Photo prise le 1er d&eacute;cembre 2012/Robert Pratta</p>

PARIS (Reuters) - En battant le champion en titre Montpellier trois jours après avoir giflé Marseille, Lyon a prouvé que sa première place n'était pas due qu'à un concours de circonstances favorables et au faible rendement du Paris Saint-Germain, tombé du podium.

Les Lyonnais totalisent 31 points et tiennent un rythme de futur champion. Des quatre clubs titrés depuis le dernier sacre lyonnais en 2008, seul Montpellier présentait un meilleur bilan après 15 matches (33 points).

L'OL devance de deux points Marseille, qui s'est imposé sur le terrain jusqu'à lors imprenable de Brest (2-1) et remonte à la deuxième place à la faveur des résultats mitigés des autres grosses écuries ce week-end.

"Ce que je vois, c'est que tout le monde a dû mal à enchaîner les résultats positifs", a en conclu l'entraîneur olympien Elie Baup.

Ce constat s'est vérifié pour l'AS Saint-Etienne, qui a concédé un nul à Ajaccio (0-0), vendredi, pour Lille qui n'a pas fait mieux contre Bastia, samedi, et de façon encore plus spectaculaire pour le PSG, battu à Nice (2-1).

Si l'on fait abstraction de la lourde défaite à Toulouse le week-end dernier (3-0), les Lyonnais échappent pour l'instant à la loi des séries. Et ils le doivent autant à leur attaquant Bafétimbi Gomis qu'à leur génération montante.

Le premier a marqué le but de la victoire samedi, après avoir inscrit au Vélodrome le premier triplé de sa carrière en championnat (4-1) en match en retard de la dixième journée.

Quant aux milieux de terrain formés au club, ils ont eux aussi montré une nouvelle fois qu'ils avaient les épaules assez solides pour soutenir la charpente lyonnaise. Deux noms émergent en particulier, Maxime Gonalons et Clément Grenier.

Blaise Matuidi en Rouge

Le premier, déjà auréolé à 23 ans du statut d'international, porte régulièrement le brassard de capitaine, comme ce week-end, tandis que Clément Grenier, passeur décisif samedi, s'épanouit en l'absence de Yoann Gourcuff.

Ces jeunes et ceux qui poussent derrière eux, comme Rachid Ghezzal, auront deux nouveaux examens à passer en l'espace d'une semaine. L'OL se rendra dimanche prochain au stade Geoffroy-Guichard pour s'y mesurer à Saint-Etienne avant de faire un crochet par Paris le dimanche suivant.

Ce Lyon formateur se pose justement en antithèse du PSG, dont la puissance financière illustrées par les dépenses estivales somptuaires tarde toujours à porter ses fruits.

L'horlogerie parisienne s'est à nouveau déréglée en fin de match à Nice, à tel point que les joueurs de Carlo Ancelotti ont encaissé deux buts en dix minutes, signés Eric Bauthéac et Valentin Eysseric, et fini la rencontre à dix.

Le milieu de terrain Blaise Matuidi, l'un des Parisiens qui offrent le plus de satisfactions cette saison, a écopé de son premier carton rouge en quatre ans en championnat.

"L'ÉQUIPE M'ÉNERVE"

Zlatan Ibrahimovic a bien marqué sur un coup franc direct, mais ce 13e but du Suédois en Ligue 1 n'a pas suffi à éviter aux Parisiens une nouvelle déconvenue. Ni les remontrances publiques de leur entraîneur.

"C'est l'équipe qui m'énerve en ce moment, pas un ou des joueurs particulièrement", a lancé l'Italien lors de la conférence de presse d'après-match.

Avant de poursuivre, comme un avertissement: "(Il faut) vite trouver une solution. Cinq matches de championnat et trois perdus... Mais je vais la trouver, ça sera dans le management et ça sera radical."

L'Italien commence à s'impatienter face à cette mauvaise série en championnat - quatre points pris en cinq matches -, sans compter que le PSG a déjà fait une croix sur un titre cette semaine, la Coupe de la Ligue.

Non contents de les avoirs éliminés aux tirs au but mardi en quart de finale de cette compétition, les Stéphanois les ont chassés du podium. Un match nul 0-0 à Ajaccio a suffi.

Les deux clubs comptent chacun 26 points et le classement se joue à la différence de buts plus avantageuse de Saint-Etienne.

Ils ont donc trois points de retard sur Marseille, qui a su rebondir à Brest, en partie grâce à son 'bad boy' anglais, Joey Barton, auteur de deux passes décisives pour Souleymane Diawara et André Ayew.

"Il fallait une réaction d'orgueil, une réaction de caractère après cette déculottée contre Lyon. Il y a eu cette réaction, il faut saluer les joueurs pour leur état d'esprit", a estimé Elie Baup.

Simon Carraud, édité par Grégory Blachier

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below