NBA: Ronny Turiaf, comme un poisson dans l'eau à Los Angeles

vendredi 30 novembre 2012 10h56
 

par Romain Brunet

LOS ANGELES (Reuters) - Le basketteur français Ronny Turiaf, en mal de temps de jeu et diminué par des blessures ces trois dernières saisons, retrouve le sourire cette saison avec les Los Angeles Clippers dans une ville où il se sent bien.

Champion NBA avec le Miami Heat en juin dernier, le pivot des Bleus a préféré quitter la Floride durant l'été alors qu'il lui restait une année de contrat.

Sa clause de départ activée, il a signé avec les Clippers aussi bien pour des raisons sportives qu'extra-sportives.

"Le choix des Clippers a été simple", dit-il dans le vestiaire de sa nouvelle franchise. "C'est le choix d'être à l'aise, le choix d'être dans une équipe qui a besoin de ce que j'apporte sur le terrain, et le choix d'être proche de la famille et de tous mes amis."

Car, à Los Angeles Ronny Turiaf évolue en terrain connu. Le Martiniquais a joué ses trois premières saisons chez les Lakers entre 2005 et 2008 et revient depuis tous les ans dans cette ville, où il possède un appartement à quelques minutes à pied du Staples Center, pour y passer ses étés.

Sa petite sœur, Florence, étudie au lycée Marymount. C'est également ici que travaille Fabrice Gautier, l'ostéopathe de l'équipe de France avec qui le nouveau joueur des Clippers entretient des rapports qui vont au-delà de la simple relation professionnelle.

"C'est comme un grand frère", explique Ronny Turiaf. "C'est quelqu'un qui a été là pour moi tout au long de ma carrière NBA, aussi bien sur le plan professionnel que personnel. Il a été à la fois mon ostéopathe et mon psychologue. Et sa femme est aussi comme une deuxième maman pour moi. C'est un couple qui a été là pour moi et qui m'a tendu la main quand j'en avais besoin."

"REMPLACANT"   Suite...

 
<p>Champion NBA avec le Miami Heat en juin dernier, le basketteur fran&ccedil;ais Ronny Turiaf, en mal de temps de jeu et diminu&eacute; par des blessures ces trois derni&egrave;res saisons, retrouve le sourire cette saison avec son nouveau club les Los Angeles Clippers, qui &eacute;voluent dans une ville o&ugrave; il se sent bien. /Photo prise le 30 mai 2012/REUTERS/Andrew Innerarity</p>