Football: Scolari reprend la Seleçao, objectif Mondial

jeudi 29 novembre 2012 17h51
 

par Brian Homewood

RIO DE JANEIRO (Reuters) - Luiz Felipe Scolari a été nommé sélectionneur du Brésil jeudi par la Fédération nationale de football (CBF), avec pour mission de mener les quintuples champions du monde à un nouveau titre mondial en 2014 sur leurs terres.

Présenté officiellement lors d'une conférence de presse, "Felipao", comme il est surnommé dans son pays, reprend du service à la tête de la Seleçao dix ans après l'avoir guidée jusqu'à son dernier sacre mondial, au Japon et en Corée du Sud.

La question de la succession de Mano Menezes, limogé vendredi dernier après deux ans de mandat, a donc été réglée au plus vite par la CBF, qui voulait éviter d'ouvrir une période de vacance trop longue à l'approche de 2014.

"Nous avons l'obligation de remporter le titre. Nous ne sommes par favoris pour le moment, mais nous avons l'intention de le devenir pendant la compétition", a affirmé Luiz Felipe Scolari.

"La troisième ou la quatrième place n'est pas satisfaisante pour un pays qui a gagné cinq Coupes du monde."

Pour composer avec les attentes énormes des Brésiliens, les dirigeants ont décidé de miser sur l'expérience puisque Carlos Alberto Parreira, sélectionneur sacré champion du monde en 1994, a quant à lui pris la direction technique nationale.

Ce dernier a l'habitude des grands rendez-vous : il a participé aux Coupes du monde 1982 avec le Koweït, 1990 avec les Emirats arabes unis, 1998 avec l'Arabie saoudite, 2006 de nouveau avec le Brésil, et 2010 avec l'Afrique du Sud.

"J'ai l'impression d'être un jeune homme, de tout recommencer à zéro", s'est enthousiasmé Carlos Alberto Parreira, 69 ans.   Suite...

 
<p>Pr&eacute;sent&eacute; officiellement lors d'une conf&eacute;rence de presse &agrave; Rio de Janeiro, Luiz Felipe Scolari reprend du service &agrave; la t&ecirc;te de la Sele&ccedil;ao dix ans apr&egrave;s l'avoir guid&eacute;e jusqu'&agrave; son dernier sacre mondial, au Japon et en Cor&eacute;e du Sud. /Photo prise le 29 novembre 2012/REUTERS/Sergio Moraes</p>