Ligue 1: Lyon brille et retrouve les sommets

jeudi 29 novembre 2012 07h21
 

MARSEILLE (Reuters) - Sur la pelouse détrempée du stade Vélodrome, Lyon s'est montré brillant pour s'imposer 4-1 devant Marseille grâce notamment un triplé de Bafétimbi Gomis, mercredi, et a pris la tête de la Ligue 1 au Paris Saint-Germain.

Lors de ce match en retard de la 10e journée, qui devait désigner quel que soit le résultat un nouveau leader, l'OL de Rémi Garde a maîtrisé son sujet.

Il compte désormais 28 points, deux de plus que le PSG qui devance l'OM, troisième à la différence de buts.

Il suffisait d'un point à Marseille pour prendre la tête du championnat que l'équipe, alors dirigée par Didier Deschamps, avait remporté à l'issue de la saison 2009-2010.

Le dernier titre de Lyon remonte à la saison 2007-2008, il s'agissait alors de son septième titre consécutif.

Depuis, l'OL a rarement été à la lutte jusqu'au bout de la saison mais il a affiché suffisamment de promesses à Marseille malgré les absences de Lisandro Lopez ou Jimmy Briand, pour se poser à ce moment numéro un en challenger numéro un du PSG.

Ce succès - le deuxième cette saison pour l'OL à l'extérieur - intervient trois jours après une déroute 3-0 à Toulouse et démontre la capacité de réaction de Lyon qui n'a jamais enchaîné deux résultats négatifs en Ligue 1 cette saison.

"On était tellement frustré d'être passé à coté il y a quelques jours. Là, on a essayé de créer du jeu. Quel plaisir de jouer avec cette équipe et de rejoindre la première place", a dit le gardien Rémy Vercoutre sur Canal Plus.

"A domicile on arrive à être performant, à l'extérieur ce n'est pas toujours facile."   Suite...

 
<p>Bafetimbi Gomis apr&egrave;s son troisi&egrave;me but pour Lyon au stade V&eacute;lodrome. L'OL s'est montr&eacute; brillant pour s'imposer 4-1 lors de son match en retard de la 10e journ&eacute;e contre Marseille, gr&acirc;ce notamment un tripl&eacute; de son attaquant. Les Lyonnais ont pris la t&ecirc;te de la Ligue 1 au Paris Saint-Germain. /Photo prise le 28 novembre 2012/REUTERS/Philippe Laurenson</p>