Ligue 1: à Marseille, le match contre Lyon "vaut cher"

mercredi 28 novembre 2012 09h08
 

MARSEILLE (Reuters) - L'Olympique de Marseille espère reprendre les commandes de la Ligue 1 ce mercredi en profitant du match en retard contre Lyon, dont émergera quel que soit le résultat un nouveau leader du championnat.

Ce match comptant pour la dixième journée et initialement programmé fin octobre avait été reporté en raison de mauvaises conditions climatiques sur la région marseillaise.

"Il vaut cher comme disent les Anglais", prévient le milieu de terrain Joey Barton, qui a fait ses débuts en championnat dimanche contre Lille (1-0) et goûte son plaisir d'être à l'OM.

"C'est un match à six points qui peut nous permettre de prendre le commandement du championnat. Cela fait partie des matches qui peuvent s'avérer décisif en fin de championnat."

Ejecté du podium il y a huit jours, l'OM est revenu à la deuxième place grâce à sa courte victoire contre Lille. Les Marseillais sont seulement devancés à la différence de buts par le Paris Saint-Germain et comptent un point d'avance sur Lyon.

Une victoire ou un partage des points leur permettrait donc de s'emparer de la première place qu'ils ont occupée en début de championnat après avoir aligné six victoires d'affilée.

"On ne pense pas au classement. On ne joue que notre 14e journée, il y aura encore de la marge jusqu'à l'arrivée même si cela reste un match hyper important pour les deux équipes", tempère l'entraîneur de l'OM, Elie Baup.

Joey Barton, pourtant en phase de découverte de la Ligue 1, voit plus loin.

"On peut identifier une demi-douzaine d'équipes capables de bien figurer dans le championnat (...) Pour moi, on peut être champion", assure l'Anglais.

Jean-François Rosnoblet, édité par Gregory Blachier

 
<p>L'entra&icirc;neur de l'OM, Elie Baup. L'Olympique de Marseille esp&egrave;re reprendre les commandes de la Ligue 1 ce mercredi en profitant de son match en retard contre Lyon, dont &eacute;mergera quel que soit le r&eacute;sultat un nouveau leader du championnat. /Photo prise le 7 novembre 2012/REUTERS/Jean-Paul P&eacute;lissier</p>