Premier League: débuts difficiles pour Benitez à Chelsea

dimanche 25 novembre 2012 22h13
 

par Justin Palmer

LONDRES (Reuters) - Pour son premier match en tant qu'entraîneur de Chelsea, Rafael Benitez a vu son équipe concéder un match nul dimanche face à Manchester City (0-0) mais l'Espagnol a surtout été conspué par le public de Stamford Bridge, nostalgique de Roberto Di Matteo.

Quelques heures après une sévère défaite en Ligue des champions face à la Juventus (3-0), le propriétaire russe des Blues a décidé mercredi de limoger son technicien italien pour nommer l'ancien manager de Liverpool jusqu'à la fin de la saison.

Dès sa sortie du tunnel, le nouvel homme fort du banc de Chelsea a été hué par le public londonien qui, par la suite, a scandé le nom de Roberto Di Matteo pendant toute la première période et d'autres slogans hostiles comme "Rafa Benitez, nous ne voulons pas de toi".

A l'issue de la rencontre, l'intéressé s'est montré placide, expliquant que seuls des bons résultats parviendraient à faire taire les sceptiques.

"Je suis un professionnel. Je vais essayer de faire de mon mieux. Je suis certain que je vais gagner des matches et que nous allons gagner des matches tous ensemble", a-t-il commencé par dire.

"J'ai exercé ici en Angleterre pendant huit ans. J'ai déjà entendu tout un tas de choses vous savez. Et le point positif, c'est que je n'entends plus rien qui vient des tribunes maintenant. Je n'y fais pas attention, je suis seulement concentré sur le match", a-t-il poursuivi.

"J'ai envie de changer la perception des supporters de Chelsea. Comment? En travaillant dur, en donnant le meilleur de moi-même et en gagnant des matches", a conclu Rafael Benitez.

CITY LAISSE LA TÊTE À UNITED   Suite...

 
<p>Pour son premier match en tant qu'entra&icirc;neur de Chelsea, Rafael Benitez a vu son &eacute;quipe conc&eacute;der un match nul dimanche face &agrave; Manchester City (0-0) mais l'Espagnol a surtout &eacute;t&eacute; conspu&eacute; par le public de Stamford Bridge, nostalgique de son pr&eacute;d&eacute;cesseur Roberto Di Matteo, limog&eacute; mercredi. /Photo prise le 25 novembre 2012/REUTERS/Russell Cheyne</p>