Rugby: Frédéric Michalak a géré en "bon père de famille"

dimanche 25 novembre 2012 15h25
 

par Jean-Paul Couret

PARIS (Reuters) - Frédéric Michalak a été l'animateur, le stratège et le réalisateur de la victorieuse tournée d'automne du XV de France mais Philippe Saint-André a prononcé son éloge sur un terrain inattendu, dimanche: celui de la gestion.

"Frédéric Michalak hier (samedi) a été un bon père de famille, un bon épargnant", a dit le manager-sélectionneur du XV de France au cours de sa conférence de "debriefing" de la victoire 22-14 sur les Samoa dans le dernier match de la tournée.

"Il a su mettre les points et jouer pour faire avancer son équipe et faire gagner. On l'avait vu créatif dans les deux premiers tests et, hier, il a été gestionnaire en bon père de famille."

Saint-André, qui ne fait que très rarement allusion aux cas particuliers de joueurs en public, était d'autant plus heureux de prononcer cet éloge qu'il avait surpris beaucoup de monde en rappelant Michalak pour la tournée de juin en Argentine.

L'ancien joueur vedette de la Coupe du monde 2003 - il avait 21 ans et avait disputé le titre de meilleur buteur et de meilleur ouvreur à Jonny Wilkinson jusqu'en demi-finale - semblait alors perdu pour le XV de France.

"NOUVEAU STAFF, NOUVELLE AVENTURE"

Victime de graves blessures à répétition, il avait cherché refuge à deux reprises en Afrique du Sud mais avait été ignoré par Marc Lièvremont, qui ne lui a accordé que quatre sélections pendant ses quatre ans à la tête du XV de France.

Le déclic s'est produit lors du second test de la tournée en Argentine, à Tucuman, remporté 49-10 par la France avec Michalak à la baguette.   Suite...

 
<p>Philippe Saint-Andr&eacute; a prononc&eacute; dimanche l'&eacute;loge de Fr&eacute;d&eacute;ric Michalak. Animateur, strat&egrave;ge, r&eacute;alisateur de la victorieuse tourn&eacute;e d'automne du XV de France, mais aussi gestionnaire en bon p&egrave;re de famille, a d&eacute;clar&eacute; le manager-s&eacute;lectionneur des Bleus. /Photo prise le 24 novembre 2012/REUTERS/Beno&icirc;t Tessier</p>