Rugby: le XV de France a accompli sa mission, selon Saint-André

samedi 24 novembre 2012 22h21
 

par Jean-Paul Couret

SAINT-DENIS (Reuters) - Philippe Saint-André, manager et sélectionneur du XV de France, a décerné samedi un satisfecit à son équipe après la victoire sur les Samoa, jugeant que ce succès était une affaire de "bulbe", autrement dit d'âme et d'intelligence.

"On savait que ça allait être dur mais mission accomplie", a-t-il dit au Stade de France après la victoire 22-14 dans le troisième et dernier test de la tournée d'automne.

"On s'était donné, joueurs et staff, l'objectif de trois victoires. C'est fait", a-t-il ajouté fier que la victoire sur les Samoa s'enchaîne à celles sur l'Australie et l'Argentine lors des deux week-ends précédents.

"Aujourd'hui, c'est la victoire du courage, de l'abnégation, de la solidarité, de ne pas paniquer aussi quand on prend le deuxième essai, de la discipline."

Le patron du XV de France a reconnu que tout n'avait pas été parfait dans ce match.

"On a manqué de vivacité défensive et offensive et on a été assez maladroits sur les turn overs, les récupérations. Sur les duels et les un-contre-un c'est là qu'on a le plus subi", a-t-il dit.

Il a surtout évoqué la performance de ses troupes en négatif de la dureté de la confrontation avec les Samoans. "Je suis content qu'on ait gagné parce que ça a été un match difficile (...) compliqué, dur, âpre, le match le plus dur de cette série", a-t-il dit.

"Ca a été aussi un match stratégique que la France a aussi gagné au bulbe", a-t-il ajouté. "Je crois qu'il y a vraiment une âme dans cette équipe".   Suite...

 
<p>Les Fran&ccedil;ais Maxime Mermoz (&agrave; gauche) et Fr&eacute;d&eacute;ric Michalak, samedi au Stade de France. Philippe Saint-Andr&eacute;, manager et s&eacute;lectionneur du XV de France, a d&eacute;cern&eacute; samedi un satisfecit &agrave; son &eacute;quipe apr&egrave;s la victoire 22-14 contre les Samoa, la troisi&egrave;me en autant de tests de la tourn&eacute;e d'automne. /Photo prise le 24 novembre 2012/REUTERS/Pascal Rossignol</p>