Rugby: la cerise samoane, avec ou sans noyau?

samedi 24 novembre 2012 09h39
 

par Jean-Paul Couret

PARIS (Reuters) - France-Samoa devrait être pour le XV de France la cerise sur un gâteau de novembre à pâte australienne et crème argentine mais, précise Patrice Lagisquet, "il ne faudrait pas que ce soit la cerise qui soit indigeste".

Logiquement, hiérarchiquement et malgré la réserve de l'entraîneur des lignes arrières, ce test devrait permettre au XV de France de remplir samedi, à Saint-Denis, les objectifs fixés par son manager-sélectionneur Philippe Saint-André.

Une victoire l'assurerait de faire partie avec la Nouvelle-Zélande, l'Australie et l'Afrique du Sud des quatre têtes de série protégées lors du tirage au sort de la Coupe du monde 2015, le 3 décembre.

Elle lui offrirait un petit chelem de trois matches en novembre, du jamais vu depuis 2005, et porterait sa série d'invincibilité à quatre matches depuis juin et la tournée en Argentine.

Elle donnerait encore plus d'élan et de crédibilité à un groupe né à Tucuman, c'est-à-dire nulle part, reformé contre l'Australie au Stade de France, maintenu à Lille contre les Pumas et sacré à Saint-Denis face aux Samoans.

Elle validerait la stratégie du jeu et des hommes du trio Philippe Saint-André, Yannick Bru, Patrice Lagisquet.

Déjà, l'éloge est dithyrambique sur ce qui se passe dans un Centre national du rugby de Marcoussis. Il ne répond plus que si peu au surnom de "Marcatraz" que les joueurs s'y calfeutrent lorsqu'on leur offre une sortie théâtre ou grand restaurant.

Quant on le rencontre dans les couloirs du CNR et qu'on lui demande s'il est "content", Jo Maso, qui a tout vu au fil des entraîneurs, des Coupes du monde et des Tournois depuis 1995, répond: "Content, tu rigoles, radieux, oui. Il y a longtemps qu'on n'a pas joué comme ça."   Suite...

 
<p>France-Samoa devrait &ecirc;tre pour le XV de France la cerise sur un g&acirc;teau de novembre. Une victoire l'assurerait de faire partie avec la Nouvelle-Z&eacute;lande, l'Australie et l'Afrique du Sud des quatre t&ecirc;tes de s&eacute;rie prot&eacute;g&eacute;es lors du tirage au sort de la Coupe du monde 2015, le 3 d&eacute;cembre. /Photo d'archives/ REUTERS/Jacky Naegelen</p>