21 novembre 2012 / 21:48 / il y a 5 ans

Ligue des champions: le PSG fait le travail, et même un peu plus

<p>Duel a&eacute;rien entre Ideye Brown (&agrave; gauche) du Dynamo Kiev et le Parisien Blaise Matuidi. Le Paris Saint-Germain a assur&eacute; mercredi son billet pour les huiti&egrave;mes de finale de la Ligue des champions en allant d&eacute;crocher une victoire (2-0) sur la pelouse du club ukrainien. /Photo prise le 21 novembre 2012/Anatolii Stepanov</p>

KIEV (Reuters) - Sans forcément briller mais avec beaucoup d'autorité et de réalisme, le PSG a composté mercredi son billet pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions en battant le Dynamo Kiev grâce à un doublé d'Ezequiel Lavezzi (2-0).

A l'aube de cette avant-dernière journée de la phase de groupes, le club de la capitale n'avait besoin que d'un match nul pour se qualifier et sortir de sa poule, comme lors de la saison 2000-2001.

Mais, sans doute blessés à l'orgueil par ses trois derniers matches d'affilée sans victoire en championnat, dont deux défaites au Parc des Princes, les hommes de Carlo Ancelotti ont choisi d'assurer leur présence au tour suivant avec plus de panache.

L'homme du match aura été, sans conteste, Ezequiel Lavezzi, qui en marquant ses deux premiers buts de la saison (45e et 52e) a livré sa meilleure prestation sous le maillot parisien depuis son arrivée cet été en provenance de Naples, contre près de 26 millions d'euros.

Ce résultat, conjugué à la victoire du FC Porto à domicile contre le Dinamo Zagreb (3-0), laisse les Parisiens à la deuxième place du groupe A avec 12 points, soit une longueur de retard sur les Portugais.

Dans deux semaines, au Parc des Princes, ces deux équipes se disputeront donc la première place de la poule, qui offre le double avantage d'un tirage en principe plus clément en huitièmes de finale et l'assurance de recevoir au match retour.

"Aujourd'hui, quelque chose de très important s'est passé", s'est félicité juste après le coup de sifflet final le directeur sportif du PSG Leonardo au micro de beIN Sport, imité quelques secondes plus tôt par Salvatore Sirigu.

"C'était un match difficile. On savait que ça pouvait être très difficile de venir chercher un résultat ici. Heureusement, on a marqué ces deux buts très importants. Cela nous a permis de gérer après", a déclaré le gardien du PSG, auteur d'une prestation de haute volée mercredi soir.

"ON A FAIT NOTRE AUTO-CRITIQUE"

"Ce soir on avait envie de faire un grand match. C'était le choc dont on avait besoin pour s'améliorer (...) Il faut avoir confiance. On a fait notre auto-critique", a poursuivi le gardien italien.

En refaisant le film de la rencontre, le PSG n'a pas réalisé "un grand match" mais seulement le match qu'il fallait.

Dominé pendant la majeure partie de la première période, le PSG a su faire le dos rond en se contentant de procéder en contres et en s'en remettant au talent de Salvatore Sirigu, impérial à plusieurs reprises au cours des 45 premières minutes.

Et c'est au terme d'une action fulgurante que les Parisiens ont piqué au vif leur adversaire, juste avant la pause.

Tout est parti d'un ballon remonté de la moitié de terrain du PSG par Marco Verratti. Ezequiel Lavezzi a alors choisi ce moment pour placer une accélération et partir dans la profondeur en sollicitant un une-deux avec Zlatan Ibrahimovic.

Très réactif et surtout diabolique de précision, l'international suédois a alors adressé à celui que l'on surnomme "El loco" (le fou, NDLR) sa cinquième passe décisive en Ligue des champions cette saison.

Seul face au portier ukrainien, Ezequiel Lavezzi n'a alors pas tremblé en piquant son ballon au-dessus de son vis-à-vis (45e), écoeuré par tant de réalisme.

Au retour des vestiaires, l'ancien joueur de Naples a rejoué un vilain tour à la défense ukrainienne, bien aidé par son partenaire Blaise Matuidi.

Très en vue depuis le début de la saison, le milieu de terrain parisien est allé gratter un ballon très précieux dans la surface du Dynamo sur une passe en retrait pas assez appuyée de Evhen Khacheridi vers son gardien.

Idéalement placé dans la surface de réparation, l'international argentin a alors repris de manière instantanée le caviar de Matuidi pour tromper tranquillement Maxym Koval (52e).

Abasourdis par autant de réussite, les Ukrainiens ont alors baissé le pied et se sont résignés à enregistrer leur première défaite de la saison à domicile en Ligue des champions.

Assurés de terminer troisièmes du groupe A, ils seront reversés en seizièmes de finale de la Ligue Europa.

Olivier Guillemain pour le service français, édité par Simon Carraud

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below