21 novembre 2012 / 17:18 / il y a 5 ans

Rugby: les Samoans, "coupeurs de tête", selon Saint-André

par Jean-Paul Couret

<p>Le s&eacute;lectionneur Philippe Saint-Andr&eacute; a sonn&eacute; l'alerte au cri de "les coupeurs de t&ecirc;te arrivent" avant le troisi&egrave;me match test du XV de France contre les Samoans samedi au Stade de France. /Photo prise le 16 novembre 2012/REUTERS/Jean-Yves Bonvarlet</p>

MARCOUSSIS, Essonne (Reuters) - Philippe Saint-André a sonné l‘alerte au cri de “les coupeurs de tête arrivent”, certains joueurs enfilent des perles du Pacifique sur ce thème comme s‘ils voulaient se faire des frayeurs, d‘autres jugent que les Samoans “ne sont pas que ça”.

Qui sont donc ces joueurs du Pacifique, troisièmes adversaires du XV de France en cette tournée d‘automne ?

A tout sélectionneur tout honneur, Philippe Saint-André a eu une nouvelle fois le prix de la Sainte-Frousse après avoir présenté comme des ogres les Australiens, battus 33-6, et comme l‘une des meilleures équipes du monde en devenir l‘Argentine, dominée 39-22.

“Le match le plus difficile arrive contre les Samoa. Il faut rester humble car les coupeurs de tête arrivent la semaine prochaine au Stade de France”, a-t-il dit immédiatement après la victoire sur les Pumas.

Le ton était donné pour le reste de la semaine mais Philippe Saint-André a remis une couche d‘alarmisme.

“Les joueurs savent que leur santé est en jeu sur ce match-là. Quand tu les joues, (les Samoans), tu as intérêt à être gainé (de muscles-NDLR) et je pense que les séances de musculation optionnelles, ils vont tous y aller”, a-t-il dit.

Le patron du XV de France a fait jouer à plein l‘exemple de la victoire des Samoa sur le Pays de Galles, à Cardiff à la veille de France-Argentine, pour le résultat certes (26-19) mais aussi pour la vigueur des plaquages samoans.

L‘image des “coupeurs de tête” a fait florès à Marcoussis.

François Trinh-Duc compare le fait de rencontrer les Samoans à “taper dans un mur” et donne sa recette de survie.

“Face à un mur, on évite de taper dedans. On va essayer de jouer un peu plus intelligemment que de taper dans le mur”, dit-il. “Sinon, on finit comme les Gallois avec deux ou trois blessés et une défaite”.

Frédéric Michalak y va aussi de son conseil sanitaire. “Quand tu fais une passe, il faut rester vigilant parce que ça peut venir après. Il faut essayer de jouer sur les appuis et de passer sous les bras”, dit-il.

“UNE BELLE ÉQUIPE”

Le pilier Thomas Domingo, qui va opposer son 1,73 m et ses 108 kg au 1,91 m et aux 135 kg de Census Johnston, estime qu‘il va falloir “mettre des barbelés autour des regroupements parce que c‘est dans ce secteur-là qu‘ils font le plus de mal.”

Benjamin Kayser, talonneur remplaçant à la langue bien pendue des joueurs de rugby “parigots” d‘origine, prend l‘exemple du deuxième ligne Iosefa Tekori.

“Il fait deux mètres, 125 kg, mais il tient le ballon à une main et il peut faire des passes derrière la tête. Il est bon un petit peu partout. J‘ai joué avec lui pendant un an à Castres. Il ne savait pas jouer au foot, au bout de six mois il était meilleur que tout le monde. Au basket, il est impressionnant”.

“Ce sont des mecs qui sont doués pour ça. Maintenant, de les résumer à juste des bêtes physiques ce serait idiot. D‘une, parce que ce serait injuste et, de deux, parce que ça serait vraiment entrer dans le mur pour nous.”

Ainsi est apparue une autre image des joueurs de l‘archipel de Polynésie qui compte un peu moins de 200.000 habitants.

Longtemps confinés à des rencontres contre les autres nations du Pacifique, Fidji et Tonga, les Samoans n‘ont joué leur premier match contre une équipe européenne, le Pays de Galles, qu‘en 1986, leur premier test contre l‘Australie qu‘en 1991 et la Nouvelle-Zélande seulement en 1993.

Longue est pourtant la liste des grands joueurs qu‘ils ont fournis aux All Blacks, à commencer par Michael Jones, Tana Umaga, Jerry Collins ou Mils Muliaina.

La plupart des membres de leur sélection jouent à l’étranger, certains d‘entre eux en France. L’équipe a déjà remporté des victoires de prestige sur le Pays de Galles et l‘Australie. Lors de la dernière Coupe du monde, elle ne s‘est inclinée que de justesse face aux Gallois et aux Sud-Africains.

“Les Samoa sont neuvièmes au classement mondial (...) Ils viennent de dominer les Gallois de manière impressionnante (...) sur la conquête, la défense et même l‘occupation”, juge Patrice Lagisquet, entraîneur des lignes arrières du XV de France.

“Ils sont hélas toujours aussi coupeurs de tête, on a vu que les Gallois y avaient laissé des plumes mais il n‘y a pas que ça, il y a du talent, il y a de l‘efficacité, il y a de l‘organisation. Au-delà des qualités individuelles c‘est une belle équipe aujourd‘hui.”

Edité par Olivier Guillemain

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below