Ligue des champions: le Barça n'aura sans à Moscou, dit Fabregas

lundi 19 novembre 2012 19h57
 

MOSCOU (Reuters) - Une pelouse artificielle, des températures glaciales et un entraîneur rusé qui connaît son jeu par coeur sont autant d'obstacles que le FC Barcelone devra surmonter mardi pour obtenir son billet pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions.

Le leader de la Liga reste en C1 sur une défaite 2-1 face au Celtic Glasgow mais peut s'assurer de passer au tour suivant s'il ne perd pas en Russie, sur la pelouse du Spartak Moscou.

Et pour le milieu de terrain du Barça, Cesc Fabregas, peu importe les conditions, il faudra gagner.

"La pelouse artificielle et le froid ne seront ni un problème ni une excuse", a expliqué l'ancien joueur d'Arsenal lundi en conférence de presse.

"Les équipes de la Ligue des champions sont toujours dangereuses et les déplacements en Russie sont à chaque fois compliqués. Ce sera un match difficile mais nous ne penserons pas à faire match nul pour nous qualifier. On est là pour gagner", a-t-il juré.

"Nous jouons toujours de la même manière, quoi qu'il se passe, et nous saurons nous adapter à ce qui nous attend."

Son entraîneur, Tito Vilanova, a abondé dans son sens.

"Quand on veut gagner la Ligue des champions, il faut être capable de battre tout le monde", a-t-il souligné aux côtés de son joueur.

Après cette remarque de circonstance, l'entraîneur du Barça a dit se méfier de son homologue du Spartak, Unai Emery, qui connaît très bien le Barça pour avoir entraîné ces dernières années en Liga, à Almeria et à Valence.   Suite...

 
<p>Les joueurs barcelonais &agrave; l'entra&icirc;nement &agrave; Moscou lundi. Une pelouse artificielle et des temp&eacute;ratures glaciales sont autant d'obstacles que le FC Barcelone devra surmonter mardi pour obtenir son billet pour les huiti&egrave;mes de finale de la Ligue des champions. Pour le milieu de terrain du Bar&ccedil;a, Cesc Fabregas, "la pelouse artificielle et le froid ne seront ni un probl&egrave;me ni une excuse", a-t-il expliqu&eacute; lundi en conf&eacute;rence de presse. /Photo prise le 19 novembre 2012/REUTERS/Maxim Shemetov</p>