Vendée Globe: le voilier de la Britannique Samantha Davies démâte

vendredi 16 novembre 2012 07h46
 

PARIS (Reuters) - Seule femme engagée dans le Vendée Globe, la Britannique Samantha Davies a annoncé que son voilier avait démâté jeudi soir au large de Madère mais a assuré ne pas être blessée.

Un point presse sur cet incident aura lieu, vendredi matin à 9h30, heure française (08h30 GMT) au PC Presse de la course à Paris-Montparnasse, indique le service de presse de la course.

L'Anglaise de Concarneau participe à son second tour du monde en solitaire sans escale et sans assistance après sa quatrième place en 2008-2009. Son bateau, "Savéol", en est à sa troisième participation.

A peine une semaine après le départ de cette septième édition du Vendée Globe, on enregistre trois abandons sur vingt partants. La course est toujours menée par François Gabart sur «Macif».

Samantha Davies a contacté la direction de la course du Vendée Globe, jeudi 15 novembre à 19h45, heure française, pour signaler l'incident, survenu à 130 milles, de l'archipel portugais de Madère.

En combinaison de survie, son matériel de sécurité à portée de main, elle a pu fermer toutes les portes étanches, précise la direction de la course.

Pour l'instant, cette jeune maman de 38 ans, ingénieur de formation, ne demande pas d'assistance. Elle était treizième au classement provisoire avant son démâtage.

Après avoir communiqué avec la navigatrice, la direction de course est entrée en contact avec le centre de coordination des secours (Cross) du cap Gris-Nez pour déclencher un Avis Urgent aux Navigateurs (AVURNAV).

Tous les navires naviguant dans un rayon de 200 milles autour de «Savéol» ont été informés de l'incident et de la position du bateau.

Sophie Greuil, édité par Danielle Rouquié

 
<p>Seule femme engag&eacute;e dans le Vend&eacute;e Globe, la Britannique Samantha Davies a annonc&eacute; que son voilier avait d&eacute;m&acirc;t&eacute; jeudi soir au large de Mad&egrave;re mais a assur&eacute; ne pas &ecirc;tre bless&eacute;e. /Photo prise le 8 novembre 2012/REUTERS/Charles Platiau</p>