November 15, 2012 / 3:23 PM / 5 years ago

Rugby: Yoann Maestri, revenant reconnaissant du XV de France

4 MINUTES DE LECTURE

<p>Le retour de Yoann Maestri (au centre) est le seul changement apport&eacute; au XV de France vainqueur de l'Australie pour affronter l'Argentine, et le deuxi&egrave;me ligne du Stade Toulousain a accueilli cette distinction avec reconnaissance. /Photo prise le 26 f&eacute;vrier 2012/David Moir</p>

par Jean-Paul Couret

MARCOUSSIS, Essonne (Reuters) - Le retour de Yoann Maestri est le seul changement apporté au XV de France vainqueur de l'Australie pour affronter l'Argentine, et le deuxième ligne du Stade Toulousain a accueilli cette distinction avec reconnaissance.

Cette sélection lui donne encore "plus d'appétit" pour essayer de faire le meilleur match possible avec le même résultat, la victoire, que face à l'Australie, a-t-il dit jeudi après l'annonce de sa titularisation.

"Je veux surtout rendre cette confiance qui m'est donnée, donner le maximum avec les mecs qui ont déjà livré une bonne partie face à l'Australie", a-t-il ajouté. "On est un groupe, et c'est vrai que ça me donne envie de donner encore plus."

Yoann Maestri avait été désigné comme titulaire pour le premier test de la tournée d'automne par Philippe Saint-André, qui avait jugé que sa puissance était indispensable au pack.

A 2,01m pour 121 kg, il est le plus grand joueur de l'équipe et seul le pilier Vincent Debaty est plus lourd.

Un "lumbago aigu" l'a contraint au forfait à la veille du match qu'il a regardé des tribunes du Stade de France.

Une semaine plus tard, le joueur de 24 ans, formé à Carqueiranne puis à Toulon mais attiré par le Stade Toulousain pour devenir le successeur d'un certain Fabien Pelous, est de retour pour une huitième sélection.

Mais loin de lui l'envie de se glorifier.

"Pas De Blabla"

Au combat qui attend les avants français contre les Argentins samedi à Lille, il ne réserve que peu de mots.

"On en parlera après parce que, avant, c'est bien beau de faire des discours mais ...", dit-il. "Ce qu'on sait, c'est que ce sera compliqué face à eux. Comme ça l'a toujours été."

A ceux qui espéreraient une description apocalyptique du choc entre les deux packs en mêlée et dans les regroupements, il répond que "ça ressemblera à tous les matches de Top 14 au couteau qu'on joue toute l'année".

Et le jeu des Argentins "ne se résume plus à la confrontation physique".

"On l'a vu face aux Gallois, qui ont fait le Grand chelem l'année dernière. Ils les ont battus de fort belle manière avec de beaux essais de trois-quarts à Cardiff", précise-t-il.

Et quand on lui demande de dessiner les caractéristiques du jeu argentin, la nouvelle poutre du pack français dresse un portrait qui pourrait être le sien : "C'est des choses simples mais très, très bien faites. Un respect total des consignes, beaucoup d'engagement, beaucoup de détermination, beaucoup de cohésion, de solidarité et de dépassement de soi.

"Ils ne font pas d'impasse, pas de blabla. Tout ce qui est superflu, c'est un peu mis de côté. C'est tout ce qui fait l'essence de ce sport, qui est un sport de combat quand même. On est prévenus. On le sait. Nous aussi on aura à faire ça."

Edité par Gilles Trequesser

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below