Rugby: le XV de France "bascule" sur le test contre l'Argentine

mardi 13 novembre 2012 18h04
 

par Jean-Paul Couret

MARCOUSSIS, Essonne (Reuters) - Yannick Bru, entraîneur-adjoint, et tous les joueurs rencontrés mardi l'ont dit, le XV de France a déjà basculé sur son match de samedi contre l'Argentine pour que sa victoire sur l'Australie ne reste pas lettre morte, comme souvent dans le passé.

Le centre Florian Fritz a reconnu que "l'euphorie" du 33-6 infligé aux Wallabies "avait duré juste le temps de la soirée du match et le lendemain."

"Pendant la récupération, on a pu reparler du match ensemble et revoir des images mais, dès le lundi, on a tout de suite basculé sur l'Argentine", a ajouté le trois-quart centre du Stade Toulousain.

Le numéro huit Louis Picamoles a souligné qu'il avait "bien fallu physiquement ces deux jours (dimanche et lundi) pour bien pouvoir entrer dans le vif du sujet en termes d'entraînement et mentalement" mais que c'était chose faite.

"On a intérêt à vite se remobiliser, à ne pas s'arrêter sur ce qu'on a pu faire samedi", a-t-il ajouté.

La victoire 26-12 des Argentins sur le Pays de Galles, auteur d'un Grand Chelem dans le dernier Tournoi des Six nations, samedi, a visiblement impressionné les entraîneurs et les joueurs du XV de France

"Les Argentins ont réalisé un gros match. Ce sera un match très compliqué. On n'a donc pas le temps de s'attarder sur notre bonne prestation contre l'Australie", a souligné Louis Picamoles.

Autre facteur décisif, les joueurs de rugby sont gens de mémoire et les Bleus n'ont pas oublié le mois de novembre 2009 où ils avaient triomphé 20-13 des Sud-Africains à Toulouse avant de concéder un sévère 39-12 à la Nouvelle-Zélande à Marseille.   Suite...

 
<p>Le centre Florian Fritz &agrave; la lutte avec l'Australien Kurtley Beale au stade de France. Le XV de France a d&eacute;j&agrave; bascul&eacute; sur son match de samedi contre l'Argentine pour que sa victoire sur l'Australie ne reste pas lettre morte. /Photo prise le 10 novembre 2012/REUTERS/Gonzalo Fuentes</p>