Ligue 1: face à Brest, Lille panse ses blessures

samedi 10 novembre 2012 19h18
 

PARIS (Reuters) - Ridiculisé cette semaine par le Bayern Munich en Ligue des champions, Lille a un peu pansé ses plaies samedi dans son Grand Stade aux dépens de Brest (1-0), grâce à un but de Salomon Kalou juste avant la pause.

Les Lillois ont fait une croix sur la compétition européenne la plus prestigieuse où ils n'ont plus aucun espoir de qualification, mais ils ont poursuivi leur redressement sur la scène hexagonale avec un cinquième match d'affilée sans défaite.

Seul buteur lillois mercredi à Munich, Salomon Kalou a bénéficié face aux Bretons d'un centre tiré en catastrophe par Dimitri Payet, qui a réussi à redresser la trajectoire du ballon sur le point de sortir du terrain.

Les deux défenseurs chargés de serrer l'attaquant de près ont été pris de court.

L'Ivoirien a ainsi pu se racheter aux yeux des supporters lillois, quelques minutes après avoir complètement raté un centre à ras de terre, parfaitement ajusté par Florent Balmont (31e).

Son équipe a laissé filer d'autres grosses occasions, comme à la 12e minute, lorsqu'Alexis Thébaux a failli se faire surprendre par un lob de l'un de ses défenseurs. Ou à la 55e, lorsque Dimitri Payet a tenté sa chance de la tête, sans succès.

"On a surréagi parce ce n'était pas facile, on était attendu. Par rapport à notre public, on se devait d'être irréprochables ce soir", a commenté sur Canal + Dimitri Payet, qui avait sombré avec les siens trois jours plus tôt.

"La façon dont on a gagné en deuxième mi-temps (...) montre qu'on a du caractère."

Le but de Salomon Kalou permet aux Lillois d'effectuer - au moins provisoirement - un bond au classement et de prendre la quatrième place, derrière l'axe Paris-Marseille-Lyon, avec un total de 20 points.   Suite...

 
<p>Lutte a&eacute;rienne entre le Toulousain Etienne Capoue (&agrave; gauche) et Ricardo Faty d'Ajaccio. Toulouse a &eacute;t&eacute; surpris samedi &agrave; domicile par Ajaccio, vainqueur 4-2 en match de Ligue 1. /Photo prise le 10 novembre 2012/REUTERS/Jean-Philippe Arles</p>