9 novembre 2012 / 22:08 / il y a 5 ans

Football: moins de timidité pour Yoann Gourcuff à Lyon

<p>Yoann Gourcuff n'a pas chang&eacute; mais l'atmosph&egrave;re autour de lui a &eacute;volu&eacute;, a expliqu&eacute; vendredi le milieu de terrain de Lyon au lendemain de l'annonce de sa s&eacute;lection avec l'&eacute;quipe de France pour affronter l'Italie en match amical la semaine prochaine. /Photo d'archives/Robert Pratta</p>

par André Assier

LYON (Reuters) - Yoann Gourcuff n'a pas changé mais l'atmosphère autour de lui a évolué, a expliqué vendredi le milieu de terrain de Lyon au lendemain de l'annonce de sa sélection avec l'équipe de France pour affronter l'Italie en match amical la semaine prochaine.

Gourcuff, après une blessure au genou contractée fin août qui l'a tenu éloigné des terrains durant dix semaines, a fêté son retour chez les Bleus par un but jeudi en Ligue Europa, où Lyon s'est imposé 3-2 sur le terrain de l'Athletic Bilbao.

Après avoir été sous l'éteignoir, l'ancien Bordelais a retrouvé des couleurs mais affirme que chez lui, rien n'a changé.

"Moi, je n'ai jamais changé, j'ai toujours travaillé depuis que je suis footballeur professionnel. Je suis un gros bosseur, ceux qui me côtoient au quotidien peuvent en témoigner", a-t-il dit vendredi.

"Il y a une atmosphère - que ce soit dans le club ou à l'extérieur - qui fait qu'il y a plus de tranquillité, qui fait qu'on cherche moins de problèmes. Je fais juste un constat : c'est juste que c'est différent autour de moi."

Yoann Gourcuff, dont l'équipe se déplacera dimanche à Sochaux pour le compte de la Ligue 1, s'est félicité d'avoir pu se soigner "tranquillement", que l'on n'ait pas parlé de lui durant son absence.

"Il y a un contexte qui est différent. J'ai été pas mal épié et, chaque fois que je faisais un truc, c'était interprété toujours au plus négatif possible. Aujourd'hui, je fais les mêmes choses et ça devient positif", sourit-il.

FAÇON D'ÊTRE ET DE FAIRE

S'il a peu de prise sur l'extérieur, le milieu de terrain en a sur ce qui se passe au sein du club. Il s'est donc décidé à parler à ses coéquipiers.

"J'ai tout simplement expliqué ma façon d'être et ma façon de faire au quotidien, en essayant d'expliquer qui je suis pour qu'il n'y ait pas de mauvaise interprétation", a-t-il raconté.

"J'ai juste expliqué que, moi, j'étais là pour travailler, en étant quelqu'un d'assez discret dans la vie mais que, sur le terrain, j'étais le joueur le plus collectif, que sur le terrain, je prenais du plaisir avec mes coéquipiers. Et je n'ai pas remis en cause mon comportement sur les saisons précédentes comme j'ai pu le lire."

Cette explication de texte s'est faite dans le cadre de son anniversaire, le 11 juillet, alors que l'OL était en stage à Tignes.

"C'est la tradition pour les anniversaires ici, il faut faire un discours ou chanter une chanson. J'ai parlé. Comme je ne m'exprime pas souvent, c'était l'occasion", a-t-il dit.

"Il y avait beaucoup de gens qui parlaient pour moi, qui ne connaissent pas ma vie. Je voulais juste éclaircir certaines choses vis-à-vis du groupe, du staff."

Yoann Gourcuff présente l'image d'un homme apaisé et heureux, ce qui est loin de déplaire à son entraîneur, Rémi Garde.

"Je suis très content pour lui. Cette convocation en équipe de France arrive aussi vite que sa bonne forme. Yoann est bien comme il est. De le voir joueur libéré, c'est très bien pour lui et pour nous."

"PLUS DE CONFIANCE, MOINS DE TIMIDITÉ"

Plus de deux ans après son transfert de Bordeaux, avec qui il fut champion de France en 2009, à Lyon, période où il a dû gérer des "bobos à l'âme" (été 2010), à la cheville (été 2011) et au genou (été 2012), Yoann Gourcuff prend-t-il un nouveau départ ?

"Je ne crois pas. Je faisais partie de l'équipe victorieuse en Coupe de France, comme des aventures en Ligue des champions. J'aborde déjà ma troisième saison à Lyon, avec plus de confiance et moins de timidité", affirme-il.

Gourcuff serein, Lyon peut pour l'instant l'être aussi. Défait une seule fois depuis le début de la saison en L1, par Bordeaux, l'OL affiche une intéressante troisième place en championnat, à un point de Paris et de Marseille.

A ce parcours hexagonal prometteur, Lyon ajoute une entame parfaite en coupe d'Europe avec quatre victoires en autant de matches.

"L'objectif, celui de la première place, n'est pas encore sécurisé. Cela ne change pas grand chose dans l'appréciation de cet automne. Il ne faut pas calculer et se dire que nous allons en profiter", prévient Rémi Garde.

"Ce succès peut donner quelques repères. Cela peut vouloir dire aux joueurs qu'ils peuvent atteindre un certain niveau de performance. J'espère que cela a donné de la confiance et de l'ambition au groupe."

Edité par Chrystel Boulet-Euchin

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below