9 novembre 2012 / 14:08 / il y a 5 ans

Football: Loïc Rémy à la recherche du but perdu

<p>Titulaire &agrave; la pointe de l'attaque marseillaise depuis la blessure d'Andr&eacute;-Pierre Gignac, Lo&iuml;c R&eacute;my tarde &agrave; retrouver la forme depuis son retour d'une blessure qu'il semble tra&icirc;ner comme un boulet &agrave; la cheville. /Photo prise le 2 mai 2012/Jean-Paul P&eacute;lissier</p>

par Jean-François Rosnoblet

MARSEILLE (Reuters) - Titulaire à la pointe de l'attaque marseillaise depuis la blessure d'André-Pierre Gignac, Loïc Rémy tarde à retrouver la forme depuis son retour d'une blessure qu'il semble traîner comme un boulet à la cheville.

L'international français, indispensable pendant deux ans, n'a inscrit aucun but ni donné la moindre passe décisive en 212 minutes de jeu cette saison en Ligue 1.

Pire, il n'a pas cadré un tir et n'est souvent que l'ombre du joueur qui avait marqué 16 fois en Ligue 1 lors de sa première saison à l'OM puis 12 autres lors du dernier exercice.

"Il n'a pas perdu toutes ses qualités et le sens du but en un jour", plaide son capitaine et gardien, Steve Mandanda.

Les deux buts inscrits en Ligue Europa face aux faibles chypriotes de Limassol (5-1) auraient pu lui permettre de se libérer mais il n'en a rien été.

Loïc Rémy semble alourdi par le doute, six mois après la blessure à la cuisse qui l'a privé de l'Euro 2012 avec les Bleus et d'un possible transfert en Angleterre, où plusieurs clubs s'intéressaient à lui.

Dimanche, face à Nice, son ancien club, il devrait toutefois être à nouveau le fer de lance de l'attaque marseillaise.

AYEW S'IMPATIENTE

Pour son entraîneur, Elie Baup, l'international aux 17 sélections a besoin avant tout de temps.

"Il a retrouvé confiance dans son corps. Pour un footballeur, c'est la machine qui lui permet d'exister", dit le technicien de l'OM au sujet d'un joueur qui peine à recouvrer sa vitesse de course - pourtant sa principale qualité -, et son impact physique.

"Il lui manque maintenant des sensations de jeu", ajoute son entraîneur.

Malgré les difficultés de Loïc Rémy, Elie Baup devrait donc le préférer encore à Jordan Ayew, qui piaffe d'impatience, a déjà inscrit trois buts en Ligue 1 et s'est montré décisif jeudi soir en Ligue Europa contre Mönchengladbach, même si l'OM a fini par se faire rejoindre (2-2).

"Je ne vais pas rester encore cinq ou six ans à jouer des bouts de match. Je suis un compétiteur, je n'aime pas être sur le banc même si j'accepte la concurrence", prévient l'ambitieux cadet des frères Ayew.

Après son but à Ajaccio le week-end dernier (2-0), où il avait remplacé Loïc Rémy à l'heure de jeu, son entraîneur avait défendu ses choix.

"Je sais ce qu'il apporte au groupe mais j'essaie à chaque fois de faire le meilleur choix possible. Aucun joueur ne mérite pas d'être titulaire dans la mesure où il est efficace", avait dit Elie Baup.

"Ensuite, il y a des choix d'entraîneur, de stratégie collective et de complémentarité."

Qui profite pour l'instant à Loïc Rémy, malgré ses difficultés du moment.

Edité par Gregory Blachier

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below