8 novembre 2012 / 20:03 / il y a 5 ans

Ligue 1: Jérémy Clément, la plénitude à Saint-Etienne

<p>S'il est toujours reconnaissable &agrave; sa d&eacute;marche emprunt&eacute;e et ses &eacute;paules vo&ucirc;t&eacute;es, J&eacute;r&eacute;my Cl&eacute;ment &eacute;volue d&eacute;sormais avec de plus en plus d'aisance et d'aplomb au coeur du jeu d'une s&eacute;duisante AS Saint-Etienne. L'entra&icirc;neur Christophe Galtier, d&eacute;crit aussi l'un des hommes cl&eacute;s d'une &eacute;quipe ambitieuse, dans le jeu comme au classement. /Photo prise le 3 novembre 2012/Cedric Lecocq</p>

par André Assier

SAINT-ETIENNE (Reuters) - S'il est toujours reconnaissable à sa démarche empruntée et ses épaules voûtées, Jérémy Clément évolue désormais avec de plus en plus d'aisance et d'aplomb au coeur du jeu d'une séduisante AS Saint-Etienne.

La "générosité", recette gagnante des Verts à Paris le week-end dernier (2-1) selon l'entraîneur Christophe Galtier, décrit aussi l'un des hommes clés d'une équipe ambitieuse, dans le jeu comme au classement.

Jérémy Clément est un homme timide, au verbe rare, repéré en 1997 par l'Olympique Lyonnais dans la région dite des "terres froides", nichée entre Isère et Rhône.

Ni ses années lyonnaises (1997-2006), marquées par trois titres de champion de France, ni ses passages aux Glasgow Rangers ou au Paris Saint-Germain ne l'ont changé.

Aussi ce joueur de 28 ans, qui donne enfin sa pleine mesure - il a réussi 98% de ses passes au Parc des princes, un ratio rarissime en Ligue 1 -, reste modeste à l'heure d'évoquer son début de saison.

"Je ne sais pas si je pète la forme, mais je crois surtout que j'ai eu la chance d'être épargné par les blessures", dit le milieu arrivé à Saint-Etienne il y a un peu plus d'un an.

"Je suis à l'image de toute l'équipe, qui se sent bien."

"Je ne sais pas si c'est ma saison la plus pleine. Mais je sais une chose, c'est que je prends du plaisir au quotidien. Il y a tout ce qu'il faut pour bien jouer au foot ici, à Saint-Etienne."

JOUER, COMME ENFANT

Au fil des ans, Jérémy Clément a su s'affranchir de la tutelle de Paul Le Guen, l'entraîneur qui l'a lancé en Ligue 1 en avril 2004 avec Lyon avant de l'emmener dans ses bagages à Glasgow puis à Paris.

"Partout ailleurs, il serait titulaire", disait le Breton à propos de l'un des rares jeunes issus de centre de formation à s'être fait une place dans l'OL de l'époque, celui qui dominait sans partage le championnat.

Jérémy Clément reconnaît avoir besoin de très bien s'entendre avec son entraîneur, peut-être plus que d'autres. Cela tombe bien puisque Christophe Galtier a tout fait pour l'attirer à Saint-Etienne en juillet 2011.

"Nous l'avions repéré depuis longtemps", se souvient le technicien stéphanois.

"Il avait déjà un vécu en Ligue 1, il est passé par des clubs qui ont l'habitude de la pression. Il pouvait du coup s'intégrer rapidement dans le groupe."

Jérémy Clément lui a donné raison dès sa première saison dans le Forez, disputant 35 matches sur 38 en Ligue 1. Il affiche cet automne onze titularisations en autant de rencontres.

Entre le réservé Rhônalpin et l'expansif Provençal, le courant est vite passé.

"Il (Galtier) a envie que son équipe soit à son image, qu'elle soit joueuse et qu'elle fasse plaisir à ses supporters", apprécie Clément.

"Quand on est joueur, c'est toujours très agréable d'avoir ce type de consignes car on ne se pose pas de questions en entrant sur le terrain. On prend du plaisir car on est là pour jouer, tout simplement, comme on veut faire depuis tout petit. Et on le fait avec bonne humeur.

"Nous pouvons bien bosser tout en ayant le sourire dans une bonne ambiance. Il faut allier les deux et nous réussissons à le faire."

Cette ambition réussit aux Verts, sixièmes de Ligue 1 à quatre points du leader parisien et invaincus depuis huit matches, toutes compétitions confondues.

"Nous pouvons faire une bonne saison", chuchote Jérémy Clément à deux jours de recevoir Troyes, avant-dernier, et donc proie idéale pour qui veut grimper encore au classement.

Bonne au point d'ajouter une ligne à un palmarès dont le triple champion de France avec Lyon (2004 à 2006) et vainqueur des Coupes de la Ligue 2008 et de France 2010 avec Paris se dit "assez content" ?

"Si je devais ajouter un autre titre, ce serait une Coupe avec 'Sainté' pour emmener le peuple vert au Stade de France", espère-t-il. "Ce serait assez exceptionnel de vivre une épopée avec l'ASSE. Les supporters le méritent."

Edité par Gregory Blachier

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below