6 novembre 2012 / 16:58 / dans 5 ans

Rugby: Vincent Debaty, impact player et heureux de l'être

<p>Pr&eacute;f&eacute;r&eacute; &agrave; David Attoub dans le groupe des 23 convoqu&eacute;s pour le test-match contre l'Australie, le pilier de l'&eacute;quipe de France Vincent Debaty s'appr&ecirc;te &agrave; vivre sa septi&egrave;me s&eacute;lection samedi, fort probablement promis au r&ocirc;le d'impact player. /Photo prise le 31 janvier 2012/REUTERS/Jacky Naegelen</p>

par Cécile Grès

MARCOUSSIS, Essonne (Reuters) - Evidemment, Vincent Debaty préférerait être titulaire mais “le Belge” est de ceux qui s‘accommodent de leur statut de remplaçant.

Préféré à David Attoub dans le groupe des 23 convoqués pour le test-match contre l‘Australie, le pilier de l’équipe de France s‘apprête à vivre sa septième sélection samedi, fort probablement promis au rôle d‘impact player.

Comme à Clermont, où Debaty est généralement lancé en fin de match par son entraîneur, Vern Cotter.

“C‘est un rôle qui me va bien et que je connais”, a dit mardi le joueur de 31 ans.

“C‘est sûr que c‘est toujours particulier d’être remplaçant, tu as moins de temps pour prouver des choses et aussi moins de temps pour te rattraper si tu fais une boulette.”

Le statut de remplaçant, Vincent Debaty l‘assume et l‘accepte, mais une titularisation ne l‘effraierait pas.

“Je suis en mesure de tenir 80 minutes, bien sûr. Alors franchement, remplaçant ou titulaire, dans les deux cas, je serai heureux”, affirme-t-il.

Avec Debaty, aucune concurrence malsaine chez les piliers.

“Au contraire, on s‘aide et on échange beaucoup entre nous”, assure-t-il.

DIRECTION 2015

Puissant et physique, Vincent Debaty aura certainement un rôle très important à jouer, samedi au Stade de France, qu‘il soit titulaire ou non.

Surtout que, selon le Clermontois, la mêlée australienne a plutôt brillé durant le Four Nations.

“Ils ont réussi à mettre les Blacks et les Sud-Africains à mal au niveau de la mêlée. Leur poussée m‘avait déjà impressionné en regardant les matches à la télé mais quand on a revu les vidéos à l‘entraînement, je l’étais encore plus”, dit-il.

Malgré ses 31 ans, Vincent Debaty ne pèse pas lourd en terme d‘expérience face aux 53 sélections de Nicolas Mas, d‘un an son aîné.

La première sélection du “Belge”, né à Woluwé Saint Lambert en Belgique, remonte à 2006 lors d‘un match contre la Roumanie.

Durant six années, le pilier n‘a plus porté le maillot du XV de France, jusqu’à ce que Philippe Saint-André l‘appelle pour le Tournoi des VI Nations 2012.

“L’équipe de France, c‘est addictif, quand tu y as goûté, tu as envie d‘en faire partie à chaque liste du sélectionneur”, note-t-il.

La Coupe du monde 2015 est évidemment un objectif.

“A titre personnel, bien sûr que je rêve d’être dans l‘aventure 2015, ce serait une belle fin de carrière et un aboutissement”, confie-t-il.

“L‘objectif du XV de France, à travers ces trois années qui nous séparent du rendez-vous à Londres, c‘est de créer un groupe complet avec un but commun. Il y a un bon groupe, avec des nouveaux, des expérimentés, des futurs cadres.”

Edité par Julien Prétot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below