3 novembre 2012 / 18:33 / il y a 5 ans

Ligue 1: première défaite pour le PSG, un rouge pour Ibrahimovic

<p>Duel entre Zlatan Ibrahimovic et Fran&ccedil;ois Clerc au Parc des Princes. La onzi&egrave;me journ&eacute;e de Ligue 1 a tourn&eacute; au cauchemar, samedi, pour le PSG qui a essuy&eacute; face &agrave; Saint-Etienne sa premi&egrave;re d&eacute;faite de la saison &agrave; domicile (2-1) et a d&ucirc; finir le match &agrave; 10 apr&egrave;s l'exclusion de l'attaquant su&eacute;dois. /Photo prise le 3 novembre 2012/C&eacute;dric Lecocq</p>

PARIS (Reuters) - La onzième journée de Ligue 1 a tourné au cauchemar samedi pour le PSG qui a essuyé au Parc des Princes face à Saint-Etienne sa première défaite de la saison (2-1) en championnat et a dû finir le match à 10 après l'exclusion de Zlatan Ibrahimovic.

Les Parisiens ont bien tenté de se réveiller après ce carton rouge infligé pour jeu dangereux mais n'ont pas réussi à effacer l'avantage pris par les Stéphanois après les buts de Mamadou Sakho contre son camp et de Pierre-Emerick Aubameyang.

Guillaume Hoarau a marqué à deux minutes de la fin du temps réglementaire. Trop tard pour inverser la tendance.

L'entraîneur Carlo Ancelotti n'a pas cherché à se réfugier derrière l'expulsion d'"Ibra" pour expliquer la défaite: "L'expulsion n'est pas logique, mais ce n'était pas le problème", a-t-il commenté en conférence de presse.

Au passage, le buteur suédois a prouvé qu'il gardait de beaux restes de sa pratique du taekwondo. En pleine course, il a levé la jambe si haut pour attraper le ballon que sa semelle s'est écrasée sur le torse du gardien Stéphane Ruffier (70e).

Mais avec ou sans le buteur acrobate, le PSG n'a jamais réussi à emballer la rencontre, comme l'a reconnu le technicien italien.

"Nous n'avons pas mis de rythme dans le jeu. Nous n'avons pas eu une bonne organisation", a-t-il diagnostiqué. Conclusion de Carlo Ancelotti: "Saint-Etienne a mieux joué que nous et a mérité de gagner."

Les Verts sont ainsi devenus la première équipe française à faire chuter le PSG version 2012-2013 et ont poursuivi leur série d'invincibilité avec un huitième match sans défaite toutes compétitions confondues.

"Ça fait plaisir de battre le Paris Saint-Germain ici, surtout avec cette équipe", s'est enorgueilli au micro de Canal + le buteur Pierre-Emerick Aubameyang, qui a commencé le match sur le banc.

TROISIÈME VICTOIRE DES VERTS AU PARC

Mine de rien, l'attaquant stéphanois a inscrit cette saison sept buts en championnat, soit seulement trois de moins que Zlatan Ibrahimovic, et il pointe à la deuxième place ex-aequo au classement des buteurs.

Au classement général, son club est désormais cinquième à égalité de points (18) avec Valenciennes, qui a battu Sochaux 3-1. Lille qui est allé battre Evian (2-0) totalise 17 points et n'a qu'une longueur de retard sur ces deux équipes.

Dans les autres matches disputés samedi, Nice et Rennes se sont imposés, respectivement face à Nancy (2-1) et Reims (1-0). Troyes et Montpellier ont fait match nul dans l'Aube (1-1).

Avec 12 points au compteur, les champions de France en titre qui ont rivalisé tout au long de la saison dernière avec le PSG, sont pour l'instant à dix longueurs du leader. Un leader en sursis.

Certes, les Parisiens restent premiers avec trois points d'avance sur Toulouse et Marseille, mais la hiérarchie reste suspendue aux matches de ces deux équipes, dimanche, respectivement face Bordeaux et Ajaccio.

Il suffirait d'une victoire 2-0 des Toulousains pour déloger le PSG de la première place. Et clore un week-end sombre pour le club, qui avait réussi à se hisser au sommet il y a deux semaines.

Les statistiques en disent long sur la contreperformance du PSG: il s'agit seulement la troisième à domicile contre les Verts. Il faut remonter au mois de février 2007 pour voir l'ASSE réaliser un tel coup en Ligue 1.

Le dernier revers au Parc des Princes est vieux de huit mois. C'était en mars, contre Lyon en quarts de finale de la Coupe de France.

Cette fois-ci, les Parisiens ont payé leur relative apathie, surtout en première période.

Lancé par Jérémy Ménez (12e), Zlatan Ibrahimovic a bien tenté de battre Stéphane Ruffier dans un face à face avec le gardien. Mais le Stéphanois a remporté le duel en repoussant la balle du pied gauche.

A la pause, le score en était toujours au même point, ce qui laissait la porte ouverte à un petit exploit des Verts. Pierre-Emerick Aubameyang, déjà lui, a centré à la 55e et le ballon a été dévié par Sakho, revenu en catastrophe devant le but.

En l'absence d'Ibrahimovic, Guillaume Hoarau a marqué le seul but parisien à la réception d'un coup franc de Javier Pastore (88e), un quart d'heure après la contre attaque stéphanoise conclue par Pierre-Emerick Aubameyang (73e).

Simon Carraud, édité par Pascal Liétout

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below