Tennis: Gilles Simon n'a pas été surpris mais garde des regrets

samedi 3 novembre 2012 18h46
 

par Chrystel Boulet-Euchin

PARIS (Reuters) - Gilles Simon est venu allonger samedi la liste des victimes de Jerzy Janowicz, au Masters 1000 de Paris-Bercy et le Français a dit ne pas avoir été surpris par la qualité de jeu de son adversaire.

Il a surtout regretté le faible rendement de son service qui l'a empêché d'enrayer la machine du jeune Polonais en demi-finale du tournoi.

"J'ai joué sans surprise un adversaire qui est très en confiance, qui y va gaiement, qui a envie de frapper le plus fort possible à chaque fois. C'était l'impression que j'avais eue sur ses matches précédents. Cela ne m'a pas tellement surpris", a dit Gilles Simon après avoir été battu 6-4 7-5.

"Il a une mise en jeu vraiment difficile. Je pense faire partie chaque année des meilleurs relanceurs du circuit et je n'ai jamais eu la moindre occasion. Cela allait vite tout le temps."

S'il savait à quoi s'attendre concernant son adversaire du jour, qui finira la saison dans le top 30 après l'avoir débutée à la 221e place, Gilles Simon s'en voulait de son manque d'efficacité de son propre engagement.

"Sur mes mises en jeu, je n'ai pas été assez bon. Cela restera mon regret. Face à ce type d'adversaire pour le faire douter, il faut finalement aussi être à l'aise que lui sur ses mises en jeu, lui faire sentir qu'il n'aura pas d'occasion", a analysé le Français.

"Aujourd'hui, je n'ai pas réussi à le faire. Il a réussi à prendre l'ascendant systématiquement. Il a eu le temps de tenter tout ce qu'il avait à tenter. À un moment, c'est passé et il a gagné, logiquement."

Gilles Simon, que son parcours à Bercy conduira au 16e rang mondial lundi prochain, n'a pas voulu se prononcer sur l'avenir de son adversaire, qui a multiplié les exploits dans le tournoi parisien.   Suite...

 
<p>S'il dit ne pas avoir &eacute;t&eacute; surpris par la qualit&eacute; de jeu de Jerzy Janowicz, qu'il affrontait en demi-finale du Masters 1000 de Paris-Bercy, Gilles Simon regrette notamment le faible rendement de son service. /Photo prise le 3 novembre 2012/REUTERS/Beno&icirc;t Tessier</p>