Roland-Garros: Andy Murray trop fort pour Richard Gasquet

lundi 4 juin 2012 21h22
 

PARIS (Reuters) - Richard Gasquet a fait illusion pendant le premier set avant d'être renvoyé à son rang de 20e mondial par Andy Murray, tête de série n°4, sur le score de 1-6 6-4 6-1 6-2, lundi, en huitième de finale de Roland-Garros.

Totalement dépassé pendant trois sets, le Français a sauvé deux balles de match sur son service à 5-1 pour Murray dans la quatrième manche mais le Britannique a scellé le sort de la rencontre sur son engagement après deux heures 28 de jeu.

Pendant 29 minutes, le temps du premier set, Richard Gasquet qui avait battu Andy Murray à Rome le mois dernier, a semblé donner raison à ses supporters qui le disent prêt à retrouver le niveau qui lui a permis de devenir n°7 mondial en 2007.

Les choses se sont gâtées pour lui au milieu du deuxième set. Il a encore eu des balles de break à 4-4 mais les a ratées. Le Britannique a gagné le jeu et le Français a concédé la manche sur une double faute au jeu suivant.

"J'ai eu de la chance de renverser le match à la fin du deuxième set et j'ai mieux joué après avoir gagné la deuxième manche", a déclaré Andy Murray à sa sortie du court.

Sur son élan, le Britannique a pris le service du Français dès le début du troisième set et n'a plus regardé en arrière.

"Au deuxième set, j'ai eu deux balles de break en ma faveur. À 5-4, j'ai eu un peu de chance. Avec des bons coups, il a touché la ligne. C'est ce qui a fait tourner le match", a résumé Gasquet.

"Les deux premiers jeux du troisième n'étaient pas très bons. Mais après, il a bien joué, c'était le deuxième set qui était important et le début du troisième set."

Richard Gasquet s'est montré lucide sur ce qui pouvait lui manquer pour franchir un cap.   Suite...

 
<p>Richard Gasquet a fait illusion pendant le premier set avant d'&ecirc;tre renvoy&eacute; &agrave; son rang de 20e mondial par Andy Murray, t&ecirc;te de s&eacute;rie n&deg;4, sur le score de 1-6 6-4 6-1 6-2, lundi, en huiti&egrave;me de finale de Roland-Garros. /Photo prise le 4 juin 2012/REUTERS/R&eacute;gis Duvignau</p>