Des hôtels "recyclables"

mercredi 9 janvier 2008 16h30
 

LONDRES (Reuters) - Une chaîne d'hôtellerie britannique construit actuellement un hôtel recyclable à partir de pré-fabriqués, des modules importés de Chine qui s'emboitent les uns avec les autres.

Travelodge a fait savoir que les modules en acier pourraient être démontés, si nécessaire, à la fin de la "vie" de l'hôtel de 120 chambres, et déplacés.

"Cela pourrait faciliter la construction d'hôtels temporaires lors de grande affluence dans certains endroits, comme lors de festivals ou d'événements sportifs", a déclaré le directeur de la propriété et du développement de Travelodge, Paul Harvey.

Les modules sont importés avec des salles de bains pré-installées et les fenêtres, le mobilier et la décoration sont ajoutés une fois les modules rassemblés.

Mais pour les futurs hôtels, la société espère que même les meubles et la décoration seront installés en Chine.

"Une telle structure temporaire peut être construite en douze semaines et démontée rapidement à la fin de l'événement quand on en a plus besoin", a expliqué Harvey.

Travelodge fait savoir qu'utiliser ces modules chinois est 25% plus rapide et 10% moins cher que les constructions classiques d'hôtels, ce qui place cette technique de construction au coeur de sa stratégie: devenir le premier tour opérateur à Londres d'ici les Jeux olympiques de 2012.

L'hôtel, construit à Uxbridge, un quartier de l'ouest de Londres, devrait ouvrir en juin et une chambre coûtera 19 livres la nuit. Le groupe espère ouvrir un autre hôtel près de l'aéroport d'Heathrow d'ici la fin de l'année.

Le groupe à l'origine des modules, Verbus Systems, une co-entreprise entre le cabinet d'ingénieurs Buro Happold et le constructeur George & Harding - a déclaré que le système pourrait aussi être utilisé pour des logements étudiants et des habitations urbaines.

"C'est la première avancée majeure dans les techniques de construction depuis un siècle, depuis l'introduction des charpentes en acier", a déclaré le président de Verbus, Colin Harding.

Peter Apps, version française Mathilde Gardin