March 8, 2008 / 12:37 PM / 9 years ago

À Paris, un Delanoë peut en cacher un autre

4 MINUTES DE LECTURE

<p>Deux Delano&euml; se disputent dimanche les suffrages des Parisiens. A 39 ans, le plasticien Gaspard Delano&euml;, qui n'a aucun lien de parent&eacute; avec le maire sortant, Bertrand Delano&euml;, fait campagne sous un slogan simple - "Un autre Delano&euml; est possible" - et pr&eacute;sente une liste dans le Xe arrondissement sous la banni&egrave;re du PFT, le "Parti faire un tour". /Photo d'archives/REUTERS</p>

PARIS (Reuters) - Deux Delanoë se disputent dimanche les suffrages des Parisiens mais un seul propose de relier la gare Saint-Lazare à la gare de Lyon par une ligne de montgolfière.

A 39 ans, le plasticien Gaspard Delanoë, qui n'a aucun lien de parenté avec le maire sortant, Bertrand Delanoë, fait campagne sous un slogan simple - "Un autre Delanoë est possible" - et présente une liste dans le Xe arrondissement sous la bannière du PFT, le "Parti faire un tour"..

"Les arguments politiques majeurs aujourd'hui sont le chômage, l'insécurité, le repli sur soi ou la haine de l'autre. La fantaisie et l'imagination jouent pourtant un rôle dans notre vie mais ils ne sont jamais représentés sur la scène politique", a expliqué l'artiste parisien à Reuters.

Son programme tient en 90 propositions (51 d'origine et 39 "bonus"), toutes loufoques mais loin d'être déconnectées de la politique, penchant nettement à gauche. Lui refuse de se "situer sur l'échiquier politique, je le traverse".

Gaspard Delanoë s'est donné pour priorité l'augmentation de 100% des impôts locaux pour financer des logements sociaux et aux termes de la proposition 44, "toute personne qui aura foulé la terre sacrée de France sera régularisée".

Le candidat poète prône également "l'interdiction totale du cumul des pandas" et veut "accorder le droite de vote aux décédés".

Reprenant sans le savoir une idée d'un candidat décalé des années 60, Ferdinand Lop, il souhaite également le prolongement du boulevard Saint-Michel jusqu'à la mer.

De nombreuses mesures sont des clins d'oeil au maire socialiste sortant, que Gaspard a rencontré, une vidéo faisant foi sur son site internet de campagne (here).

VÉLIB', CÉLIB', DROMALIB'

"Moi, si j'avais un talent d'artiste, je ne me présenterais pas à la mairie de Paris", explique l'édile socialiste qui confie craindre que le 9 mars certains électeurs se trompent de bulletin, sans regarder le prénom.

Sur le modèle des vélos en libre service installés dans la capitale depuis juillet 2007, Gaspard Delanoë veut créer des stations Célib' et Dromalib' et propose une "Nuit noire" pendant laquelle "le courant sera tout simplement débranché".

Et pour animer l'hiver parisien au même rythme que "Paris Plage" l'été, il souhaite la transformation du funiculaire de Montmartre en remonte-pentes pour lancer "Paris Schuss".

Depuis qu'il s'est lancé dans la course à l'Hôtel de ville, le 1er novembre 2007, son site internet a été consulté par 130.000 visiteurs et il compte 378 amis sur le site Facebook.

Avec l'aide de 56 donateurs, Gaspard Delanoë a réuni un budget de campagne de 1.800 euros. De quoi imprimer 30.000 bulletins de vote sur les 51.000 qu'il aurait fallu pour être présent dimanche dans tous les bureaux de vote du Xe arrondissement.

Des subsides limités qui ne lui ont pas permis non plus de commander de sondage pour savoir à quoi s'attendre dimanche soir. Interrogé par Reuters, il se dit confiant. "Dans mon immeuble, je fais 51%".

Laure Bretton

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below