Le stress du trader, facteur méconnu d'instabilité des marchés?

mercredi 19 février 2014 14h06
 

par Kate Kelland

LONDRES (Reuters) - Les marchés financiers pourraient être plus vulnérables au niveau de stress des traders que ce que l'on pensait jusqu'à présent, selon une étude menée par un ancien trader reconverti dans les neurosciences.

Les conclusions des travaux de l'équipe menée par John Coates contredisent l'idée largement répandue dans le monde économique et financier selon laquelle l'appétence des traders pour la prise de risque reste stable, indépendamment de la tendance haussière ou baissière du marché.

Les auteurs de cette étude publiée sur le site internet de la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) ont en effet constaté que des taux élevés de cortisol (l'hormone du stress), pouvaient déclencher une aversion au risque.

Selon eux, cette prudence exacerbée pourrait constituer un facteur "sous-estimé" d'instabilité des marchés. Le stress pourrait en effet contribuer à aggraver les crises financières, en rendant les intervenants des marchés plus frileux au moment où la prise de risque est nécessaire pour soutenir des marchés qui s'effondrent.

"Chaque trader sait que l'effet des marchés sur son organisme s'apparente à un tour en montagnes russes. Mais ce que nous ignorions jusqu'ici c'est que ces changements physiologiques - des niveaux de stress infracliniques dont nous sommes à peine conscients - affectent véritablement notre capacité à prendre des risques", a déclaré John Coates, désormais chercheur en neurosciences et en finance à l'Université de Cambridge.

L'étude a porté sur 36 volontaires des deux sexes âgés de 20 à 36 ans, chez lesquels le taux de cortisol sanguin a été artificiellement augmenté pendant huit jours par la prise d'un traitement hormonal, pour atteindre un niveau observé dans une précédente étude menée chez des traders de la City de Londres lors d'une période de volatilité des marchés de deux semaines.

Leur appétence pour le risque et les raisonnements de probabilités qu'ils mettaient en oeuvre ont ensuite été testés à travers la réalisation d'une série d'opérations financières, assorties de bénéfices réels.

Les chercheurs ont constaté que le pic initial de cortisol n'avait que peu de conséquences sur le comportement des participants.   Suite...

 
A Wall Street. Les marchés financiers pourraient être plus vulnérables au niveau de stress des traders que ce que l'on pensait jusqu'à présent, selon une étude menée par un ancien trader reconverti dans les neurosciences. Les auteurs de cette étude publiée sur le site internet de la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) ont constaté que des taux élevés de cortisol (l'hormone du stress), pouvaient déclencher une aversion au risque. /Photo prise le 13 février 2014/REUTERS/Brendan McDermid