Un abri anti-atomique à remonter le temps

jeudi 21 novembre 2013 11h54
 

KELVEDON HATCH, Angleterre (Reuters) - Ce devait être l'assurance vie des dirigeants britanniques en cas de bombardement nucléaire, mais aujourd'hui le bunker a des allures de machine à remonter le temps dont le compteur serait bloqué en 1952, date de sa construction.

Enfoui profondément dans le sous-sol de l'Essex, à l'est de Londres, l'abri anti-atomique "LimeBuried" est désormais une attraction touristique.

Cette relique de la Guerre Froide conçue pour recevoir 600 personnes est équipée du dernier cri technologique de l'époque. Les amateurs d'objets "rétrofuturistes" s'arracheraient aujourd'hui ces téléphones à cadran tournant et autres téléscripteurs ou ordinateurs aux écrans verts.

On y trouve une salle d'opération chirurgicale qui semble prête à accueillir son premier patient, et même un studio de radio. A la fin de la visite, des repas préparés à l'aide du matériel originel sont servis dans la cantine de l'abri.

Mike Parry, propriétaire du terrain, a racheté l'abri aux pouvoirs publics. "Nous cultivons 800 hectares au-dessus et nous le faisions déjà pour préserver le secret", dit-il.

L'entretien annuel de ces installations, qui ont demandé un investissement initial de dix millions de livres -coquette somme pour l'époque-, représentait selon lui trois millions et demi d'euros, c'est pourquoi elles ont été mises hors service.

"Nous en avons fait une attraction touristique parce que nous pensions qu'il était préférable de canaliser un peu le public au beau milieu de la ferme", poursuit-il.

Lorsqu'ils émergent du tunnel de 110 m qui permet d'accéder à l'abri, les visiteurs semblent ravis de sa décision, à moins que ce ne soit le soulagement, après la claustrophobie ressentie à l'intérieur.

Jonathan Cable; Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Gilles Trequesser