28 août 2013 / 12:35 / il y a 4 ans

La stèle des promesses de Hollande à Florange retirée par eBay

STRASBOURG (Reuters) - La stèle aux promesses non tenues de François Hollande aux ouvriers de Florange (Moselle), que le syndicat FO d‘ArcelorMittal avait mis en vente sur eBay, a été retirée à quelques jours de l‘échéance par le site d‘enchères en ligne, a annoncé mercredi le syndicat.

La stèle aux promesses non tenues de François Hollande aux ouvriers de Florange, que le syndicat FO d'ArcelorMittal avait mis en vente sur eBay, a été retirée à quelques jours de l'échéance par le site d'enchères en ligne. /Photo d'archives/REUTERS/Vincent Kessler

Cette plaque de granit avait été posée le 24 avril 2013 à Hayange devant les deux derniers hauts fourneaux de Lorraine, le jour où débutait leur extinction, mais la municipalité socialiste l‘avait fait retirer.

“Nous avons reçu un mail nous disant que l‘annonce n‘était pas conforme”, a dit à Reuters Frédéric Weber, un des responsables du syndicat.

“J‘ai appelé le service client qui m‘a dit que la décision venait du niveau supérieur. On m‘a rappelé en me disant que c‘était une erreur”, a-t-il poursuivi.

“On est écoeuré”, a ajouté le syndicaliste qui doute de cette “explication officielle”.

Le prix de la stèle, mise en vente pour un euro il y a huit jours, avait dépassé les 5.000 euros.

L‘enchère, qui devait se terminer vendredi à 10 heures, était suivie par plus de 1.200 personnes, selon Frédéric Weber, et 20.000 internautes avaient visionné l‘objet.

Le montant de la vente devait aller pour moitié aux Restaurants du coeur et pour moitié aux oeuvres sociales de Force ouvrière.

Le syndicat ne pense pas renouveler l‘opération. “On va voir où la stèle est le plus utile”, a précisé Frédéric Weber.

L‘inscription rappelait la promesse faite à Florange, le 24 février 2012, par François Hollande, durant la campagne de l‘élection présidentielle. Le candidat socialiste et futur président avait affirmé qu‘il ferait tout pour assurer la pérennité des hauts-fourneaux et avait promis le vote d‘une loi pour empêcher la fermeture d‘un site industriel rentable.

La stèle aux promesses non tenues de François Hollande faisait écho à celle dédiée pour des motifs comparables à Nicolas Sarkozy, en 2009, devant l‘usine ArcelorMittal de Gandrange dont une partie des installations venait de fermer.

Elle avait disparu peu après sans laisser de traces.

Gilbert Reilhac, édité par Patrick Vignal

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below