Premier burger créé in vitro

lundi 5 août 2013 17h26
 

LONDRES (Reuters) - Le premier burger conçu in vitro par une équipe de chercheurs doit être cuisiné et servi lundi à Londres.

Créé en laboratoire à partir de cellules souches de boeuf, ce burger est le premier exemple de ce qui pourrait être une réponse aux pénuries alimentaires dans le monde et aider à lutter contre le changement climatique, selon le chercheur néerlandais Mark Post, à l'origine du projet.

Ce burger, réalisé à partir de 20.000 cellules souches et résultat de plusieurs années de travail, devait être dégusté à la mi-journée par deux volontaires.

Pour le préparer, les chercheurs de l'université de Maastricht ont ajouté à la viande de boeuf cultivée en laboratoire sel, chapelure et poudre d'oeuf mais aussi du jus de betterave et du safran pour lui donner de la couleur.

"Notre burger est fabriqué à partir de cellules musculaires prélevées sur une vache. Nous ne les avons absolument pas modifiées", a précisé Mark Post dans un communiqué. "Pour que ce soit une réussite, il faut qu'il ait la même apparence, la même consistance et, on l'espère, le même goût que le vrai".

La réussite de ce projet, dit-il, illustre la découverte d'une alternative viable, éthique et écologique à la production de viande, nuisible pour l'environnement. Mark Post table sur une commercialisation du burger d'ici une vingtaine d'années.

La production de viande en laboratoire nécessiterait 35 à 60% d'énergie en moins, dégagerait 80 à 95% de gaz à effet de serre en moins et utiliserait 98% d'espace en moins que la production de viande traditionnelle, selon une étude publiée en 2011 par Hanna Tuomisto, de l'unité de recherche sur la conservation de la faune de l'Université d'Oxford.

Kate Kelland, Clémence Apetogbor pour le service français, édité par Gilles Trequesser

 
Le premier burger conçu in vitro par une équipe de chercheurs devait être cuisiné et servi lundi à Londres. Créé en laboratoire à partir de cellules souches de boeuf, ce burger est le premier exemple de ce qui pourrait être une réponse aux pénuries alimentaires dans le monde et aider à lutter contre le changement climatique, selon le chercheur néerlandais Mark Post, à l'origine du projet. /Photo prise le 5 août 2013/REUTERS/David Parry/pool