Pas de robes trop décolletées aux courses d'Ascot

jeudi 20 juin 2013 23h24
 

ASCOT, Angleterre (Reuters) - Les organisateurs de la semaine de courses d'Ascot, l'un des événements les plus huppés de la saison estivale en Angleterre, ont décidé cette année de sévir contre les élégantes tentées d'arborer des tenues trop légères.

Dans les tribunes "Grandstand", où la place la moins chère coûte 43 livres (50 euros), le code vestimentaire stipule ainsi que les robes laissant les épaules dénudées et les décolletés trop plongeants sont proscrits. Les jupes doivent avoir une longueur "décente" et les hommes porter chemise et cravate.

Ascot, localité du sud de l'Angleterre dont le programme hippique est étalé sur cinq jours à la mi-juin, est le temple de l'élégance et de l'extravagance de l'"establishment" où les femmes rivalisent de chapeaux à fleurs les plus excentriques et les hommes viennent, tout au moins dans la très chic Royal Enclosure, en chapeau haut de forme et queue de pie.

Une vingtaine d'employés chargés de faire respecter le "dress code" sont postés à l'entrée de l'hippodrome pour pister les contrevenants et leur proposer d'acheter une cravate ou un châle pour cinq livres ou de louer pour 65 livres, récupérables à la sortie, un gilet ou un chapeau.

Les courses d'Ascot, dont le point d'orgue est la Gold Cup disputée ce jeudi en présence de la reine Elizabeth, ont été créées en 1711 par la reine Anne.

Cette année, "Estimate", propriété de la reine, réputée pour son amour immodéré des corgis et des chevaux, a gagné la Gold Cup - c'est la première fois depuis 207 ans qu'un cheval appartenant à un souverain régnant l'emporte.

Belinda Goldsmith; Jean-Loup Fiévet pour le service français, édité par Pascal Liétout

 
Turfistes aux courses d'Ascot. Les organisateurs de cet événement, l'un des plus huppés de la saison estivale en Angleterre, ont décidé cette année de sévir contre les élégantes tentées d'arborer des tenues trop légères. /Photo prise le 20 juin 2013/REUTERS/Darren Staples