Des tomates au Groenland, ou le réveil de l'agriculture arctique

mardi 26 mars 2013 18h06
 

par Alistair Scrutton

KANGERLUSSUAQ, Groenland (Reuters) - Tomates, poivrons, herbes aromatiques... Nous ne sommes pas dans le potager d'un pays tempéré, mais au Groenland, au-delà du cercle polaire, où une agriculture naissante tire parti du réchauffement climatique.

"Ça pousse plus vite. Chaque année, nous essayons de nouvelles choses", se félicite Kim Ernst, le chef danois du Roklubben, un restaurant sur la rive d'un lac gelé, voisin d'une base américaine désaffectée datant de la Guerre Froide.

"Je suis arrivé ici en 1999 et personne n'aurait rêvé faire ça. Mais, maintenant, l'été est plus chaud et plus long", dit-il, évoquant les quelques fraises qu'il est parvenu à faire pousser et qui ont fait sensation sur les tables royales où elles ont été servies.

Nous sommes en mars et le thermomètre affiche -20°C, mais le soleil brille et l'ambiance est presque printanière autour de la serre de Kim Ernst et dans son potager, où la vie reprendra ses droits dans quelques mois.

Quelques centaines de kilomètres plus au sud, des agriculteurs font leur propre foin et les élevages de moutons gagnent en superficie. A Knuut, la capitale du Groenland, on trouve même des légumes cultivés sur place en été.

Le production reste modeste, mais les autorités viennent de mettre sur pied une commission chargée de réfléchir aux moyens à mettre en oeuvre pour l'augmenter en tirant parti du réchauffement, de façon à réduire des importations coûteuses.

La production de pommes de terre du Sud, qui a doublé en quatre ans, a d'ores et déjà atteint les 100 tonnes en 2012 et celle de légumes pourrait connaître une croissance identique en un an seulement, selon les données du gouvernement autonome.

Certains responsables espèrent que le réchauffement permettra à l'île, qui représente un quart de la superficie des Etats-Unis, de s'affranchir de sa dépendance envers le Danemark.   Suite...

 
Kim Ernst, le chef danois du Roklubben, un restaurant sur la rive d'un lac gelé au Groenland, aux abords de la serre dans laquelle il cultive entre autres des tomates, des poivrons et des herbes aromatiques. Au-delà du cercle polaire, une agriculture naissante tire parti du réchauffement, certains responsables espérant que le réchauffement permettra à l'île de s'affranchir de sa dépendance envers le Danemark. /Photo prise le 5 mars 2013/REUTERS/Alistair Scrutton