Les apprentis-astronautes sont revenus sur terre

vendredi 15 mars 2013 17h51
 

par Claude Canellas

BORDEAUX (Reuters) - Quarante personnes soucieuses de réaliser leur rêve d'imiter les astronautes sont revenues sur terre vendredi après avoir participé au premier vol en apesanteur ouvert au public en Europe, le sourire aux lèvres et la tête dans les étoiles.

Ils avaient décollé deux heures plus tôt de l'aéroport de Bordeaux-Mérignac dans un Airbus A300 "Air Zero G".

Le Centre national d'études spatiales (CNES), sa filiale Novespace et la société Avico ont inauguré ce vol qui a coûté à chacun des 34 hommes et six femmes présents à bord 5.980 euros.

Neuf d'entre eux sont les lauréats d'un concours organisé en janvier dernier par le CNES à l'attention des étudiants, enseignants et représentants des musées et CCSTI (centres de culture scientifique, technique et industrielle) partenaires.

"J'ai souvent imaginé partir dans l'espace, là c'est donc un peu mon rêve qui devient réalité. On pouvait imaginer ce que c'était mais tant qu'on ne l'a pas expérimenté, on n'a pas idée de ce que c'est", a indiqué Aurore, l'une des lauréates.

Liliane, une retraitée suisse venue de Genève, tout sourire, a confié que "c'était magique". "C'est un sentiment magnifique d'être comme ça entre le sol et le plafond de l'avion. C'était hyper doux, on est en harmonie avec notre corps."

Jean-François Soleil, 62 ans, raconte que, jeune ingénieur, il avait travaillé à la Direction générale de l'armement (DGA) et qu'en 1976 l'idée de partir dans l'espace lui était venue.

"J'ai déposé ma candidature pour devenir l'un des premiers spationautes français et à l'époque ça ne s'est pas fait. J'ai fait d'autres choses dans la vie. Ce vol m'a permis de vivre un rêve que j'ai eu tout jeune", a-t-il dit, avouant manquer de mots pour expliquer ses sensations.   Suite...

 
Quarante personnes soucieuses de réaliser leur rêve d'imiter les astronautes se sont envolées vendredi de l'aéroport de Bordeaux-Mérignac pour le premier vol commercial européen en apesanteur dans un Airbus A300 "Air Zero G". Le Centre national d'études spatiales (CNES), sa filiale Novespace et la société Avico ont inauguré ce premier vol ouvert au grand public en Europe. /Photo d'archives/REUTERS/Pascal Rossignol