Des mineurs australiens congédiés pour cause de Harlem Shake

lundi 4 mars 2013 15h40
 

SYDNEY (Reuters) - La compagnie australienne de services miniers Barminco a licencié quinze de ses employés pour avoir exécuté une version "souterraine" du Harlem Shake avant de la diffuser sur internet.

Les mineurs travaillaient de nuit dans la mine Agnew, en Australie-Occidentale, propriété du Sud-Africain Gold Fields Ltd.

Sur la vidéo de 30 secondes diffusée sur YouTube, un groupe de mineurs, certains torse nu et des outils à la main, apparaissent en plein Harlem Shake, cette danse électronique farfelue et frénétique exécutée sur le morceau éponyme de DJ Baauer.

Les apprentis danseurs ont reçu peu après une lettre de licenciement que s'est procuré le journal local The West Australian. Dans cette lettre, Barminco souligne que le canular viole les valeurs fondamentales de "sécurité, d'intégrité et d'excellence" de la société.

Barminco n'a pas souhaité faire de commentaire.

Un porte-parole de Gold Fields a confirmé que la décision avait été prise par Barminco après la diffusion de la vidéo sur YouTube la semaine dernière.

"L'exploitation minière souterraine possède des normes de sécurité strictes étant donnés les accidents et les décès. La direction de Barminco a considéré cela comme une violation des normes", a déclaré le porte-parole de Gold Fields, Sven Lunsche.

Les mineurs, qui ne manquent pas d'humour, se sont défendus d'avoir enfreint les règles de sécurité en assurant au West Australian qu'ils portaient leur casque pendant toute la durée de la danse.

L'annonce de leur licenciement a déclenché un débat sur l'internet australien et une page Facebook a été créée spécialement pour exiger leur réintégration.

James Regan et Elaine Lies, Hélène Duvigneau pour le service français