27 février 2013 / 14:23 / il y a 5 ans

Le Conseil d'Etat suspend l'abattage des éléphantes de Lyon

Le Conseil d'Etat a suspendu mercredi l'arrêté préfectoral ordonnant l'abattage des deux éléphantes du cirque Pinder, Baby et Nepal, soupçonnées d'être atteintes de tuberculose et menacées d'euthanasie à Lyon. /Photo prise le 6 janvier 2013/REUTERS/Robert Pratta

PARIS (Reuters) - Le Conseil d‘Etat a suspendu mercredi l‘arrêté préfectoral ordonnant l‘abattage des deux éléphantes du cirque Pinder soupçonnées d‘être atteintes de tuberculose et menacées d‘euthanasie à Lyon.

Saisie par les propriétaires, la plus haute juridiction administrative française émet dans sa décision des “doutes sérieux” sur la légalité des mesures prescrivant l‘abattage des animaux.

“Il n‘est pas démontré que des mesures autres que l‘abattage ne seraient pas efficaces pour protéger la santé publique dans le délai relativement bref restant à attendre avant le jugement au fond”, estime le Conseil d‘Etat.

La condition d‘urgence est remplie avec la mise en place de mesures d‘isolement des animaux, souligne la juridiction qui relève que l‘exécution de la mesure d‘abattage entraînerait pour la société Promogil (qui exploite le cirque Pinder) des “préjudices économiques et moraux irréversibles”.

Les deux éléphantes ne pourront donc pas être abattues avant le jugement du tribunal administratif de Lyon qui tranchera sur la question de la légalité de l‘arrêté préfectoral.

En décembre dernier, le préfet du Rhône avait signé un arrêté demandant l‘euthanasie des animaux, considérés comme un danger potentiel pour la population. Le 21 décembre, le tribunal administratif de Lyon avait confirmé en référé cette décision.

Soupçonnées d‘être porteuses du bacille, les éléphantes, Baby et Népal sont à l‘isolement depuis août, date à laquelle Java, leur congénère, est morte des suites de la tuberculose.

L‘affaire a suscité un grand émoi parmi les défenseurs des animaux. Dans un communiqué publié mercredi, Brigitte Bardot, qui a menacé de prendre la nationalité russe si Baby et Népal étaient euthanasiées, a exprimé son soulagement.

“Le Conseil d‘Etat remet chacun à sa place et c‘est très bien comme ça. On n‘a pas le droit moral de faire abattre des animaux par principe de précaution, c‘est ignoble”, se réjouit-elle.

“L‘urgence maintenant est de commencer les tests sur ces éléphantes, nous attendons toujours le feu vert du ministère de l‘Agriculture”, ajoute-t-elle avant de remercier François Hollande pour son soutien “déterminant”.

A la suite d‘une rencontre avec Stéphanie de Monaco, qui s‘est mobilisée pour sauver les deux éléphantes, le ministre de l‘Agriculture Stéphane Le Foll a annoncé le 17 février que de nouveaux tests allaient être menés.

Marine Pennetier, édité par Gérard Bon

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below