Facebook rendrait jaloux

mardi 22 janvier 2013 19h24
 

LONDRES (Reuters) - Découvrir les vacances de ses amis, leurs amours ou leurs succès professionnels sur Facebook peut engendrer envie, tristesse et solitude, selon une étude menée conjointement par deux universitaires allemands.

Le plus grand réseau social au monde, qui compte plus d'un milliard d'utilisateurs, est également une plate-forme de comparaisons sociales sans équivalent.

Une personne sur trois se sent plus mal après s'être connectée et plus insatisfaite de sa vie, disent les chercheurs, précisant que ceux qui ne publient rien sont les plus affectés.

"Nous avons été étonnés du nombre de personnes qui ont une mauvaise expérience de Facebook, qui ressentent un sentiment de solitude, de frustration et de colère," a déclaré à Reuters Hanna Krasnova, chercheur à l'Université de Humboldt à Berlin.

Selon les deux scientifiques de l'Université de Humboldt et de Darmstadt, les photos de vacances sont la première cause de ressentiment. Elles sont responsables de plus de la moitié des réactions de jalousie.

L'interaction sociale est le deuxième facteur de ressentiment, les utilisateurs pouvant comparer, par exemple, le nombre de voeux d'anniversaire reçus, de mentions "j'aime" et de commentaires.

Les trentenaires envient d'abord le bonheur familial, tandis que les femmes jalousent davantage un physique séduisant.

Les chercheurs, qui présenteront leurs résultats en février, ont passé au crible deux études impliquant 600 internautes allemands.

Belinda Goldsmith, Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français; édité par Gilles Trequesser

 
Découvrir les vacances de ses amis, leurs amours ou leurs succès professionnels sur Facebook peut engendrer envie, tristesse et solitude, selon une étude menée conjointement par deux universitaires allemands. /Photo d'archives/REUTERS/Thomas Hodel