Bardot menace de devenir russe pour sauver deux éléphants

vendredi 4 janvier 2013 19h28
 

PARIS (Reuters) - Après l'acteur Gérard Depardieu, l'ancienne vedette française Brigitte Bardot a menacé à son tour vendredi de prendre la nationalité russe pour sauver deux éléphantes de l'euthanasie.

Le tribunal administratif de Lyon a confirmé le 21 décembre un arrêté préfectoral condamnant Népal et Baby, deux éléphantes de 42 ans malades de la tuberculose, propriété du cirque Pinder mais prêtées à un zoo lyonnais.

Malgré l'émotion suscitée chez les défenseurs des animaux - le directeur du cirque Pinder, Gilbert Edelstein, est allé jusqu'à demander une "grâce présidentielle" - le tribunal a retenu le risque d'une propagation de la maladie à l'homme.

Dans un court communiqué publié vendredi, Brigitte Bardot, qui milite depuis plusieurs décennies pour la cause animale, regrette que les propositions de sa fondation pour sauver Baby et Népal soient restées lettre morte.

"Si ceux qui ont le pouvoir ont la lâcheté et l'impudence de tuer les deux éléphantes (...), j'ai pris la décision de demander la nationalité russe afin de fuir ce pays, qui n'est plus qu'un cimetière d'animaux", écrit-elle.

Dans une interview à paraître samedi dans Nice-Matin, elle affirme qu'elle est "sérieuse".

"Ras-le-bol ! Je ne supporte plus ce pays. Depuis Sarkozy et ses promesses non tenues, personne ne répond à mes requêtes. Cela me met dans une douleur et une rage folle de voir cette impuissance. Je ne demande rien d'extraordinaire : une ré-pon-se pour sauver ces animaux", dit-elle.

BARDOT ADMIRE AUSSI POUTINE

Si elle passe à l'acte, l'ancienne égérie du cinéma français des années 1950 et 1960 rejoindra Gérard Depardieu, à qui le président Vladimir Poutine vient d'accorder la nationalité russe à la demande de l'acteur, qui a choisi de s'exiler fiscalement en Belgique pour échapper aux impôts français.   Suite...

 
L'ancienne actrice française Brigitte Bardot a menacé à son tour vendredi de prendre la nationalité russe pour sauver deux éléphantes de l'euthanasie. Le tribunal administratif de Lyon a confirmé le 21 décembre un arrêté préfectoral condamnant Népal et Baby, deux éléphantes de 42 ans malades de la tuberculose. /Photo d'archives/REUTERS/François Lenoir