Un employé sur quatre s'invente un décès pour ne pas travailler

samedi 22 décembre 2012 22h31
 

MILWAUKEE, Wisconsin (Reuters) - Plus d'un quart des salariés américains se sont inventé un décès familial ou une convocation pour siéger au sein d'un jury populaire pour ne pas aller travailler, selon une étude menée par l'entreprise d'intérim Adecco-Amérique du Nord.

D'après cette enquête menée fin novembre par téléphone, 26% des personnes interrogées ont confessé avoir invoqué un faux décès pour rester à leur domicile et 27% ont prétexté le tirage au sort de leur nom pour participer à un jury.

S'octroyer une journée de repos supplémentaire en se disant malade est encore plus répandu: ils sont 47% à admettre avoir utilisé ce prétexte.

L'étude démontre que les hommes sont deux fois plus enclins que les femmes à affirmer être affligés par un faux décès dans leur famille. Le prétexte de la convocation à siéger en justice est quatre fois plus utilisé par les hommes que par les femmes.

L'enquête montre aussi que les collègues d'un salarié se disant malade ne sont pas dupes: ils sont 72% à penser que leur collègue simule.

Interrogés sur leurs conditions de travail, les deux tiers des salariés ayant participé à ce sondage estiment que leur charge de travail s'est alourdie et 44% précisent qu'ils ont davantage de responsabilités lorsqu'un de leurs collègues prend un jour de repos.

Brendan O'Brien; Henri-Pierre André pour le service français