Des mystiques fêtent au Mexique l'entrée dans une ère nouvelle

vendredi 21 décembre 2012 18h43
 

CHICHEN ITZA, Mexique (Reuters) - Le soleil s'est levé vendredi sur les ruines des anciennes cités mayas du sud du Mexique où des groupes de mystiques, de hippies et de touristes venus du monde entier s'étaient donnés rendez-vous pour célébrer le début d'une "ère nouvelle" - et non la "fin des temps" attendue par certains.

Le 21 décembre 2012 marquerait la fin du 13e baktun, une période d'environ 400 ans dans le calendrier maya, et pour beaucoup l'espoir de l'avènement d'un monde meilleur.

"Ce n'est pas la fin du monde, c'est un réveil de la conscience, du bien, de l'amour et de la spiritualité", déclare, devant les ruines imposantes de Chichen Itza, Mary Lou Anderson, une consultante de 53 ans venue de Las Vegas.

Au lever du jour, cinq touristes anglophones, tous vêtus de blancs, ont marché à travers la plaine vers la pyramide de Kukulkan, haute de 30 mètres. Arrivés devant le temple du dieu serpent à plumes, au coeur de Chichen Itza, ils ont tous levé les bras vers le ciel. Plus loin, un groupe méditait sur des tapis aux couleurs chatoyantes.

Avant cette date du 21 décembre, des prédictions apocalyptiques ont fleuri sur internet - annonces de suicides de masse, de catastrophes naturelles, d'épidémies, d'une collision entre la Terre et un astéroïde.

En Turquie, des milliers de personnes se sont retrouvées dans le village de Sirince, où quelques "élus" étaient censés échapper à l'Apocalypse.

Le petit village de Bugarach, dans le sud-ouest de la France, devait également accueillir vendredi les candidats à un départ vers un autre monde, à bord de vaisseaux extraterrestres. Mais journalistes et policiers étaient bien plus nombreux que les "survivalistes".

A New York, Buck Wolf, l'un des responsables du site d'information Huffington Post, a organisé jeudi soir une "soirée fin du monde" à l'Hotel Chantelle de Manhattan.

En Chine, les Nations unies ont dû diffuser sur Twitter un message démentant qu'elles mettaient en vente sur internet des places sur une "arche" censée permettre d'échapper à la fin des temps.

Alexandra Alper, avec Ece Toksaby, Ben Blanchard, Morade Azzouz, Peter Rudegeair, Jilian Mincer et Gabriel Stargardter, Guy Kerivel pour le service français

 
Le soleil s'est levé vendredi sur les ruines des anciennes cités mayas du sud du Mexique, comme ici à Chichen Itza, où des groupes de mystiques, de hippies et de touristes venus du monde entier se sont donnés rendez-vous pour célébrer le début d'une "ère nouvelle" - et non la "fin des temps" attendue par certains. /Photo prise le 21 décembre 2012/REUTERS/Victor Ruiz Garcia