Le smartphone au service des taxis à New York

jeudi 13 décembre 2012 23h45
 

NEW YORK (Reuters) - Héler un taxi de la main risque prochainement d'être à New York un geste appartenant au passé.

La commission des transports de la ville a autorisé jeudi le recours au smartphone pour rechercher les services d'un chauffeur de taxi.

Selon le règlement actuel, les quelque 13.000 voitures jaunes sillonnant Big Apple ne peuvent accepter que les passagers qui les hèlent dans la rue et ne peuvent être demandés à distance.

Fini le New-Yorkais dégoulinant sous la pluie pour attirer l'attention d'un chauffeur ou pestant contre le malotru lui ayant brûlé la politesse.

A partir de la mi-février, et pour une période d'essai d'un an, les futurs passagers pourront se mettre en contact avec un taxi dans un rayon de 800 mètres dans les quartiers situés au sud de Central Park et de 2,4 km dans le reste de la ville.

Les ingénieurs des télécoms travaillent déjà à de futures applications.

Peter Rudegeair, Pascal Liétout pour le service français

 
Héler un taxi de la main sous la pluie ou pestant contre le malotru ayant brûlé la politesse risque d'appartenir prochainement au passé à New York. La commission des transports de la ville a autorisé jeudi le recours au smartphone pour rechercher les services d'un chauffeur de taxi, chose interdite jusqu'alors. /Photo prise le 2 novembre 2012/REUTERS/Adrees Latif