James Bond, toujours plus violent, selon une étude

mercredi 12 décembre 2012 14h42
 

(Reuters) - Si James Bond a bien le permis de tuer, plus les années passent et plus les aventures sur grand écran du célèbre espion britannique contiennent de scènes violentes, selon les conclusions d'une étude néo-zélandaise.

Pour évaluer cette violence, des chercheurs de l'université néo-zélandaise d'Otago à Dunedin ont analysé les 23 films de la saga.

Les chercheurs ont regardé chaque épisode et compté le nombre d'actes violents montrés à l'écran. Entre le premier James Bond - "Dr. No" en 1962 - et l'avant-dernier, "Quantum of Solace" en 2008, ce chiffre a plus que doublé, passant de 109 à 250.

Cette augmentation ne résulte pas seulement d'une banalisation de la violence, comme le fait de donner une gifle à quelqu'un, explique Robert Hancox, l'auteur principal de l'étude publiée dans Archives of Pediatrics & Adolescent Medicine. .

"Le changement est lié à la représentation d'actes de grave violence", a-t-il insisté, évoquant des coups de poings, de pied et l'utilisation d'armes.

Les actes de violence grave ont quant à eux augmenté jusqu'à atteindre 219 en 2008, contre 77 dans le premier James Bond.

Andrew Seaman, Claude Chendjou pour le service français, édité par Pascal Liétout

 
<p>Daniel Craig, lors de la premi&egrave;re de "Skyfall", &agrave; Berlin. Plus les ann&eacute;es passent et plus les aventures sur grand &eacute;cran de James Bond contiennent de sc&egrave;nes violentes, selon les conclusions d'une &eacute;tude n&eacute;o-z&eacute;landaise. /Photo prise le 30 octobre 2012/REUTERS/Tobias Schwarz</p>