A Hong Kong, la spéculation gagne les parkings

mercredi 21 novembre 2012 11h13
 

HONG KONG (Reuters) - Connu pour les poussées spéculatives de son marché immobilier, Hong Kong est aujourd'hui confronté à un risque sans précédent : celui de la formation d'une bulle financière sur les places de parking.

Un investisseur a récemment accepté de débourser 100 millions de dollars de Hong Kong (10,1 millions d'euros) pour 34 places de stationnement dans un immeuble de bureaux du quartier du "Western District", situé à cinq minutes seulement en voiture du centre financier de la ville, a déclaré Sean Tsoi, de l'agence immobilière AGW Holdings.

Le prix moyen de ces places (trois millions de dollars environ) dépasse celui d'un petit appartement dans certaines quartiers de Hong Kong, pourtant habitué aux records mondiaux de prix de l'immobilier résidentiel.

"Les places de parking sont devenus le nouveau produit qu'on s'arrache", constate Hanson Lam, consultant immobilier senior de Midland Realty. "Leurs prix sont exagérés et je redoute une bulle."

Il explique que les prix des parkings ont augmenté de 20% à 30% depuis que les autorités ont imposé le mois dernier des mesures visant à freiner la spéculation sur l'immobilier résidentiel et de bureaux.

Ces mesures ont eu pour effet un bond d'environ 50% des ventes de places de parking depuis le début du mois, note Wong Leung Sing, de Centaline Property Agency.

"Pour les investisseurs, cela relève de la simple logique: puisqu'on ne les autorise pas à acheter de l'immobilier résidentiel, ils se tournent vers les places de parking, ce qui reste plus rentable que de laisser son argent à la banque."

Dans l'immobilier résidentiel, les prix avaient bondi de 20% depuis le début de l'année avant l'entrée en vigueur du plan anti-spéculation, le 26 octobre.

Yimou Lee, Marc Angrand pour le service français, édité par Catherine Monin

 
<p>Le quartier du "Western district" de Hong Kong. Connu pour les pouss&eacute;es sp&eacute;culatives de son march&eacute; immobilier, Hong Kong est aujourd'hui confront&eacute; &agrave; un risque sans pr&eacute;c&eacute;dent : celui de la formation d'une bulle financi&egrave;re sur les places de parking. Un investisseur a r&eacute;cemment accept&eacute; de d&eacute;bourser 100 millions de dollars de Hong Kong (10,1 millions d'euros) pour 34 places de stationnement dans un immeuble de bureaux du quartier. /Photo d'archives/REUTERS/Bobby Yip</p>