Feu vert pour des ruches au Palais "Bourdon"

vendredi 5 octobre 2012 18h42
 

PARIS (Reuters) - Le Palais Bourbon, la résidence du président de l'Assemblée nationale, risque bientôt de se voir rebaptiser "Palais bourdon" avec l'installation prochaine de ruches.

Le président de l'Assemblée, le socialiste Claude Bartolone, a accepté vendredi la proposition du député UMP Daniel Fasquelle et de son suppléant Robert Therry, apiculteur, d'y installer des ruches du Pas-de-Calais, leur département d'élection.

"Les abeilles n'auraient-elles pas toute leur place au 'Palais Bourdon' où elles pourraient s'acclimater de la même façon qu'elles se sont parfaitement adaptées aux toits de l'Opéra ou au jardin du Luxembourg ?", écrivaient-ils dans une lettre adressée en juillet dernier au président de l'Assemblée.

"La représentation nationale, montrant comme il se doit l'exemple, participerait ainsi concrètement à la protection d'une espèce en difficulté et pourtant essentielle à la conservation de la biodiversité", ajoutaient-ils.

"Une telle démarche contribuerait à donner au public une autre image de l'Assemblée nationale, bien moins anecdotique qu'il n'y paraît", affirmaient-ils.

Claude Bartolone a donné son feu vert à l'implantation de ruches dans sa résidence et pris contact avec l'apiculteur, confirme Daniel Fasquelle vendredi dans un communiqué.

Robert Therry, ajoute-t-il, va très prochainement contribuer à la mise en œuvre pratique de ce projet. L'apiculteur souligne de son côté que la gestion de ces ruches "sera facile et peu onéreuse".

Le miel des abeilles butinant dans Paris est très prisé, les espaces verts n'y étant pas traités avec des pesticides.

Emile Picy, édité par Yves Clarisse

 
<p>Le Palais Bourbon, la r&eacute;sidence du pr&eacute;sident de l'Assembl&eacute;e nationale, risque bient&ocirc;t de se voir rebaptiser "Palais bourdon" avec l'installation prochaine de ruches du Pas-de-Calais. /Photo d'archives/REUTERS/Srdjan Zivulovic</p>