Une sorte d'esplanade des religions à 30 kilomètres de Paris

samedi 23 juin 2012 15h40
 

par Chine Labbé

BUSSY-SAINT-GEORGES, Seine-et-Marne (Reuters) - Une véritable cité du religieux censée cimenter des communautés disparates va s'ouvrir à Bussy-Saint-Georges (Seine-et-Marne), à 30 kilomètres de Paris, où deux pagodes, une mosquée et une synagogue seront bâties côte-à-côte.

À 10 minutes de la gare, au coeur d'un éco-quartier en construction, s'érigent sur une même route un temple bouddhiste taïwanais qui sera inauguré dimanche, ainsi que les fondations d'une pagode laotienne et d'une mosquée, qui devraient être achevées d'ici la fin de l'année. Juste à côté de la mosquée, un terrain recouvert d'herbes hautes devrait, lui, accueillir une petite synagogue avant juin 2014.

Ce quartier "cultuel et culturel", surnommé "l'esplanade des religions" par la mairie, est le fruit d'une volonté politique de faciliter le dialogue entre les différentes communautés de la ville. Un projet qui a germé dans l'esprit d'Hugues Rondeau, le maire radical de Bussy-Saint-Georges, en 2004.

"L'idée, c'était qu'en ville nouvelle, à partir d'une population qui venait s'agréger de tous les coins du monde, les religions pouvaient être un moyen de créer un ciment entre les différentes communautés", dit-il, rappelant que la commune, qui abrite aujourd'hui près de 30.000 personnes, n'avait que 300 habitants dans les années 1970.

"Nous estimons que l'organisation spatiale que nous avons proposée permet aux religions d'exister pleinement, de dialoguer les unes avec les autres, et puis de dialoguer avec le reste de la ville."

L'édifice le plus vaste de cet ensemble, un temple bouddhiste taïwanais présenté comme le plus grand d'Europe, sera inauguré dimanche, après deux ans de travaux.

Il ouvrira ses portes au public le 1er juillet prochain. Futur siège européen de l'ordre monastique chinois Fo Guang Shan, l'une des huit branches du bouddhisme, ce temple en bois, béton et verre de 7.000 mètres carrés pourra accueillir jusqu'à 1.100 fidèles.

À ses côtés, les lieux de culte juif et musulman pourront recevoir les quelques centaines de familles que représentent ces deux communautés dans la ville, où elles priaient jusque-là dans des préfabriqués.   Suite...

 
<p>&Agrave; Bussy-Saint-Georges (Seine-et-Marne), au coeur d'un quartier en construction, s'&eacute;rigent sur une m&ecirc;me route un temple bouddhiste ta&iuml;wanais (photo) qui sera inaugur&eacute; dimanche, ainsi que les fondations d'une pagode laotienne et d'une mosqu&eacute;e. Juste &agrave; c&ocirc;t&eacute; de la mosqu&eacute;e, un terrain devrait, lui, accueillir une petite synagogue. Cette v&eacute;ritable cit&eacute; du religieux est cens&eacute;e cimenter des communaut&eacute;s disparates. /Photo prise le 21 juin 2012/REUTERS/Philippe Wojazer</p>