A l'hôtel, mieux vaut zapper les télécommandes

mardi 19 juin 2012 11h30
 

NEW YORK (Reuters) - La prochaine fois que vous séjournerez à l'hôtel, évitez de changer de chaîne si vous regardez la télévision. À défaut, une désinfection préalable de la télécommande s'imposera.

Les télécommandes, ainsi que les interrupteurs des lampes de chevet, figurent en effet parmi les éléments présentant les taux de contamination bactérienne les plus élevés dans les chambres d'hôtel, selon une étude présentée dimanche lors du congrès de la Société américaine de microbiologie, à San Francisco.

La quantité de bactéries présentes à leur surface est comparable à celle retrouvée sur les sièges des toilettes ou les vasques des salles de bain.

Autre constat dressé par des chercheurs de trois universités américaines (Houston, Purdue et Caroline du Sud) ayant mené cette étude en passant au crible neuf chambres d'hôtel : des taux de contamination très élevés ont été observés sur le matériel de nettoyage utilisé par le personnel, comme les éponges et les serpillières, ce qui pourrait aboutir à des contaminations croisées d'une chambre à l'autre, disséminant les bactéries dans tout l'établissement.

En revanche, les têtes de lit et les poignées des portes des salles de bain figuraient parmi les surfaces les plus propres.

Joseph O'Leary, Myriam Rivet pour le service français, édité par Gilles Trequesser

 
<p>Les t&eacute;l&eacute;commandes, ainsi que les interrupteurs des lampes de chevet, figurent parmi les &eacute;l&eacute;ments pr&eacute;sentant les taux de contamination bact&eacute;rienne les plus &eacute;lev&eacute;s dans les chambres d'h&ocirc;tel, selon une &eacute;tude am&eacute;ricaine. Des taux de contamination tr&egrave;s &eacute;lev&eacute;s ont &eacute;t&eacute; observ&eacute;s sur le mat&eacute;riel de nettoyage utilis&eacute; par le personnel, comme les &eacute;ponges et les serpilli&egrave;res. /Photo d'archives/REUTERS/Nir Elias</p>