Un verbicruciste vénézuélien mis en cause par le clan Chavez

vendredi 11 mai 2012 22h25
 

CARACAS (Reuters) - Un verbicruciste de renom de la presse vénézuélienne est accusé de truffer sa grille de mots croisés d'un code secret visant à faire assassiner le frère du président Hugo Chavez, Adan.

D'après l'édition de vendredi du journal qui publie ses mots croisés, Neptali Segovia a été interrogé par les services de renseignement après des accusations lancées à son encontre par un expert de la télévision publique. Selon ce dernier, il aurait dissimulé dans la grille de cette semaine un message secret visant à abattre Adan Chavez.

"Ce procédé était très en vogue durant la Seconde Guerre mondiale dans la Résistance française autour du général de Gaulle à Londres", a affirmé cet expert, Perez Pirela.

Le verbicruciste a réfuté ces allégations qui, tout en suscitant le rire dans certains milieux, illustrent la polarisation de la vie politique à Caracas, où le clan Chavez accuse l'opposition de chercher à fomenter des violences avant le scrutin présidentiel d'octobre.

L'affaire éclate aussi alors que le mystère perdure sur l'état de santé réel du chef de l'Etat, qui fait d'incessants allers et retours entre Caracas et la Havane pour soigner un cancer.

La police n'a, pour sa part, pas commenté l'information.

Andrew Cawthorne, Jean-Loup Fiévet pour le service français

 
<p>Un verbicruciste de renom de la presse v&eacute;n&eacute;zu&eacute;lienne est accus&eacute; de truffer sa grille de mots crois&eacute;s d'un message secret visant &agrave; faire assassiner le fr&egrave;re du pr&eacute;sident Hugo Chavez, Adan. D'apr&egrave;s l'&eacute;dition de vendredi du journal qui publie ses mots crois&eacute;s, Neptali Segovia a &eacute;t&eacute; interrog&eacute; par les services de renseignement apr&egrave;s des accusations lanc&eacute;es &agrave; son encontre par un expert de la t&eacute;l&eacute;vision publique. /Photo prise le 9 mai 2012/REUTERS/Ultimas Noticias</p>