Une inventeuse de kits de suicide condamnée en Californie

mardi 8 mai 2012 11h52
 

SAN DIEGO (Reuters) - Une arrière-grand-mère qui a fait sensation en Californie en vendant des kits de suicide a été condamnée lundi à cinq ans de mise à l'épreuve assortie d'une amende de 1.000 dollars pour évasion fiscale.

Sharlotte Hydorn, professeur de sciences à la retraite âgée de 93 ans, a vendu par correspondance quelque 1.300 masques auto-asphyxiants à 60 dollars pièce avant de cesser son activité.

Poursuivie pour non déclaration des revenus qu'elle a tirés de cette activité entre 2007 et 2010, elle a plaidé coupable en décembre dernier.

Selon les enquêteurs, sept de ses clients au moins ont mis fin à leurs jours a cours de cette période.

L'un de ces suicides a conduit le parlement de l'Etat de l'Oregon à adopter une loi interdisant la diffusion de kits de suicide.

Elle a expliqué avoir eu l'idée de ses kits après la mort de son mari, emporté par un cancer du côlon en 1977 dans des circonstances pénibles, attaché par des sangles à son lit d'hôpital, a-t-elle dit. "Il voulait mourir chez nous, mais je n'ai pas pu le ramener."

Elle souhaitait aider des malades en phase terminale à mettre fin à leurs jours dans la dignité mais a reconnu ne pas avoir vérifié les motivations de ses clients.

Selon le fisc, Sharlotte Hydorn aurait gagné quelque 40.000 dollars.

Marty Graham ; Henri-Pierre André pour le service français

 
<p>Sharlotte Hydorn, une arri&egrave;re-grand-m&egrave;re, &acirc;g&eacute;e de 93 ans, qui a fait sensation en Californie en vendant des kits de suicide a &eacute;t&eacute; condamn&eacute;e lundi &agrave; cinq ans de mise &agrave; l'&eacute;preuve assortie d'une amende de 1.000 dollars pour &eacute;vasion fiscale. /Photo prise le 26 mai 2011/REUTERS/Marty Graham</p>