Yves-Yvette, un agriculteur transgenre brigue l'Elysée

lundi 20 février 2012 12h13
 

ORLEANS (Reuters) - Yves Pirot, dit Yvette, un agriculteur transgenre retraité du Berry, se lance dans la course à la présidentielle au nom du "petit peuple que l'on méprise".

Cet homme de 65 ans à l'allure féminine, qui quitte volontiers ses talons de 14 cm pour une partie de chasse et dit "incarner la parité" à lui seul, vient de dévoiler son programme électoral.

"Étant au-dessous du seuil de pauvreté avec moins de 900 euros par mois, je fais partie du petit peuple, celui que l'on méprise dans les hautes sphères de la République monarchique", déclare à Reuters ce candidat hors normes qui dit se situer "à la gauche de la gauche".

Il préconise la diminution du nombre de parlementaires, la relance de l'apprentissage, l'instauration de pensionnats de redressement, le maintien des 35 heures, la retraite facultative à 62 ans ou encore la nationalisation partielle des banques, des assurances, de l'énergie, des fournisseurs d'accès à internet et des autoroutes.

Conscient qu'il n'arrivera pas à collecter les 500 signatures d'élus nécessaires à la validation de sa candidature, Yves-Yvette veut cependant animer sa campagne jusqu'au bout.

"J'ai contacté tous les médias et je suis en train de préparer une conférence de presse dans un village voisin", dit cet habitant de Méry-ès-Bois, une commune rurale proche de Bourges (Cher).

Il vient de créer son mouvement, l'Union Populaire Laïque (UPL) dont il est le président et l'unique adhérent, et assure avoir retrouvé une partie de son programme dans le discours de Nicolas Sarkozy, dimanche à Marseille.

Mourad Guichard, édité par Gilles Trequesser