Volkswagen fait un geste contre le "Crackberry"

vendredi 23 décembre 2011 19h31
 

FRANCFORT (Reuters) - Le constructeur automobile Volkswagen a accepté que soient désactivés les emails des Blackberry de certains de ses salariés en dehors des heures de bureau, histoire de laisser respirer un personnel théoriquement joignable 24 heures sur 24.

Suivant un accord passé avec les représentants du personnel, les salariés allemands de VW pourront recevoir des courriels par Blackberry à partir d'une demi-heure avant le début de la journée de travail et jusqu'à une demi-heure après.

Ils ne seront pas joignables par ce moyen le reste du temps, a précisé un porte-parole du premier constructeur automobile européen.

Ce nouveau régime ne s'applique qu'au personnel gouverné par des conventions collectives. Ceci semble impliquer que les plus hauts échelons resteront esclaves de leur Blackberry, smartphone conçu et fabriqué par le canadien Research In Motion.

Très peu d'entreprises ont pris des mesures aussi radicales pour éviter que le Blackberry de leurs employés ne se transforme en "Crackberry", néologisme utilisé pour marquer la forte dépendance de certains membres du personnel à leur smartphone.

Kasper Rosted, président du directoire du fabricant de produits de grande consommation Henkel, a dit le mois dernier au journal Frankfurter Allgemeine Zeitung qu'il imposerait une semaine sans Blackberry au directoire entre Noël et le jour de l'An, sauf en cas d'urgence.

L'organisme professionnel high tech allemand Bitkom a publié une étude cette année montrant que 88% des salariés allemands pouvaient être joins par email ou téléphone mobile en dehors des heures ouvrées par des clients, collègues ou supérieurs hiérarchiques, contre 73% il y a deux ans.

Maria Sheahan, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Danielle Rouquié