Des poules dans les villes de demain ?

vendredi 4 novembre 2011 16h29
 

par Guillaume Frouin

NANTES (Reuters) - Poulaillers urbains, conserveries de quartier ou encore toilettes sèches publiques: un ensemble de 19 équipements publics a été imaginé par deux designers nantais pour permettre aux villes françaises de "renouer avec une production alimentaire locale, biologique et de saison".

Ces "quartiers fermiers" - virtuels à l'heure actuelle - visent à reconstituer des filières de production et de consommation locales, afin de réduire une possible dépendance alimentaire de la France en cas de crise internationale.

"Actuellement, on fait acheminer nos denrées sur des milliers de kilomètres", dit à Reuters Victor Massip, 42 ans, cofondateur de l'agence de design industriel Faltazi.

"Il est impératif de remettre en place des circuits courts, pour encaisser un éventuel choc pétrolier", souligne-t-il.

Parmi leurs 19 modules, lui-même et son associé Laurent Lebot ont ainsi imaginé des conserveries de quartier où seraient valorisés les fruits et légumes abîmés en fin de marché.

Des poulaillers urbains seraient aussi mis à la disposition des particuliers et des restaurateurs, pour transformer leurs restes de plats en oeufs frais.

"NOUVEL OR NOIR"

Conçu pour une ville comme Nantes, le projet prévoit l'installation de "barges-potagers" sur la Loire et de "serres-tunnels" sur les quais du fleuve, où les habitants pourraient se promener.   Suite...