Paris-Tokyo en 2h30? Dans un futur peut-être pas si lointain

dimanche 19 juin 2011 16h53
 

LE BOURGET (Reuters) - Relier Paris à Tokyo en deux heures 30, à peine plus du temps qu'il n'en faut pour aller en voiture de la capitale française à Lille, pourrait être un jour possible, prédit EADS, maison-mère d'Airbus.

L'appareil volerait au-dessus de l'atmosphère tout en ayant décollé d'une piste classique, explique l'avionneur.

"Ce n'est pas un Concorde, mais cela y ressemble, ce qui montre que l'aérodynamique des années 60 était déjà très intelligente", a déclaré Jean Botti, directeur de la technologie d'EADS lors d'une conférence de presse.

En lui faisant survoler l'atmosphère tout en utilisant des biocarburants lors de la phase de décollage, EADS pense pouvoir éviter le bruit excessif et la pollution que l'on reprochait au Concorde lorsqu'il volait encore.

Développé avec des partenaires japonais, l'appareil serait dédié en premier lieu à une clientèle d'affaires et pourrait transporter entre 50 et 100 passagers.

Le projet, nommé ZEHST (Zero emission high speed transport), sort des cartons alors que des compagnies, à l'image de Virgin Galactic, émergent pour proposer des vols commerciaux dans l'espace.

Le ZEHST est développé par Astrium, la filiale d'EADS spécialisée dans la construction de satellites.

Cet appareil "hypersonique" aura une capacité d'accélération maximum de 1,2G, ce qui n'obligera pas ses passagers à suivre un entraînement particulier comme c'est le cas des clients de Virgin Galactic.

Son décollage se fera au moyen d'un turboventilateur traditionnel avant que des fusées d'appoint ne prennent le relais pour entamer une rapide ascension pour l'emmener au-delà de l'atmosphère.   Suite...

 
<p>Vue a&eacute;rienne de Tokyo. Relier Paris &agrave; la capitale japonaise en deux heures 30, &agrave; peine plus du temps qu'il n'en faut pour aller en voiture de la capitale fran&ccedil;aise &agrave; Lille, pourrait &ecirc;tre un jour possible, pr&eacute;dit EADS, maison-m&egrave;re d'Airbus. En lui faisant survoler l'atmosph&egrave;re tout en utilisant des biocarburants lors de la phase de d&eacute;collage, EADS pense pouvoir &eacute;viter le bruit excessif et la pollution que l'on reprochait au Concorde lorsqu'il volait encore. /Photo d'archives/REUTERS/Yuriko Nakao</p>